Le potentiel érotique de l'opéra

Diana Damrau et Franz Hawlata, München 2010

Décors, voix et corps en mouvement... l'opéra possède un potentiel érotique démentiel qui passe par ses interprètes et les sujets qui y sont abordés, les émotions humaines que l'on pourra qualifier de "primitives" sont souvent au cœur du thème. Laissons tomber pour l'instant l'attrait sexuel dévastateur d'un vibrato ou du livret pour déambuler dans quelques prises de vues...

Voici Anna Netrebko et Rolando Villazon dans le Manon de Massenet tiré du Manon Lescaut de L'abbé Prevost, dont nous vous parlerons prochainement plus en détail :







Voici une prise de vue de Catherine Malfitano. Nous avions déjà parlé ici dans le Salomé en peinture. Elle est ici dirigée par Luc Bondy :




Le sujet même de cet opéra de Richard Strauss est empreint d'un érotisme torride, voici Francesca Patane dans un Salomé de Giorgio Albertazzi :











Les garçons, toujours dans Salomé, ne sont pas en reste dans la version de McVicar pour ROH :




Quittons Richard Strauss (nous parlerons du Salomé dirigé par Petr Weigl sous peu et vous y retrouverez Catherine Malfitano) pour regarder un Don Giovanni de Mozart avec Myrto Papatanasiu (Donna Anna) et Ildebrando D’Arcangelo (Don Giovanni).




Et jetez donc un oeil à Jason Hardy (Leporello) et Daniel Okulitch (Don Giovanni) dans le Don Giovanni de Chritopher Alden...



Toujours Don Giovanni avec Erwin Schrott et Ana María Martínez pour le Royal Opera à Londres.



Et pour terminer penchons-nous sur une adaptation du Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny de Kurt Weil et Bertolt Brecht avec Audra McDonald et Patti LuPone.






Même s'il s'agit d'une adaptation en anglais du texte de Brecht pour le Los Angeles Opera, vous risquez fort de ne pas ressortir de là indifférent, sachez que si Audra McDonald et Patti LuPone se posent là, Anthony Dean n'est pas en reste.




Et encore, nous n'avons pas abordé Wagner et ses héroïnes à fortes poitrines, cela viendra. Nous reparlerons plus en détail des oeuvres abordées ici. Pour patienter rappelez-vous que le tag Opéra de Duclock recèle quelques trésors.

(EDIT Octobre 2016 Le potentiel érotique de l'Opéra II (Le Retour) c'est par ici.)

Commentaires

  1. LAMENTABLE CES MISES EN SCENE OU L'ON DENUDE LES CHANTEURS ET OU LE COMPOSITEUR ET L'EPOQUE QU'IL A CHOISIE POUR SON OPERA NE SONT PAS RESPECTES !
    C'EST CE GENRE DE SPECTACLE QUI DEGOUTERA A TOUT JAMAIS LA MELOMANE QUE JE SUIS....
    TOUT SIMPLEMENT GROTESQUE !!!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire