L'État de la critique

Fantoche dans un duel à l'épée (Émile Cohl)


Quand un groupe propose une critique argumentée et détaillée cela devient de la censure

En Octobre 2011 se formait sur la toile un groupe de lecteurs critiques qui répond à un autre groupe "La Ligue de l'imaginaire". Il y a quelque temps le projet est tombé sous les yeux de quelques auteurs et fans de la Ligue de l'imaginaire. S'en est suivi des discussions sur Facebook. Notamment sur le groupe L'Instant du polar. Il y a d'un côté une critique argumentée et raisonnée et de l'autre quelque chose qui restait au niveau du sentiment et du ressenti. Puis le débat a débordé sur un blog avec des mots étranges déjà croisés sur FB : secte, intégriste, censeurs et anti-thriller.

Un message qui dit où sont les méchants

Un message a été envoyé à quelques blogueurs polar de la toile :

Je vous signale un intéressante bataille d'Hernani sur la toile actuellement entre un groupe de blogueurs et un groupe d'auteurs regroupés sous l'appellation "ligue de l'imaginaire" (Werber, Loevenbruck, Thilliez, Giacometti et Ravenne, Chattam, etc. Ces blogueurs ont lancé ce qu'ils appellent un défi : critiquer (et apparemment démolir) les livres des auteurs de la ligue qui, apparemment, ne leur reviennent pas. N'ayant pas tout compris à leur démarche, n'ayant sans doute pas leur culture du polar pur et dur, j'ai un peu de mal à les suivre, je dois dire, ni à comprendre véritablement ce qu'ils reprochent à ces auteurs (si ce n'est trop vendre...)... Mais le débat fait rage et est assez intéressant par rapport au projet qui est le nôtre, puisque les questions : qu'est-ce qu'un polar, un thriller, un roman noir, etc. ? donnent lieu à des échanges virulents et des réponses (pourquoi ai-je envie d'écrire consternantes ?) surprenantes, à mes yeux, en tout cas. Si vous avez un peu de temps devant vous, voici un site que vous connaissez peut-être déjà : http://forum.polarnoir.fr/ Son forum regorge de ces discussions où certains auteurs en prennent plein la gueule. Petite précision, si vous croisez, au gré de vos flâneries, le sieur "gemini", il semble être l'un des plus acharnés dans la lutte contre les auteurs de la ligue... Vous verrez que la tolérance et le respect ne l'étouffent pas (ce qui, pour moi, fait perdre toute crédibilité à sa démarche...). Il ne s'agit pas de prendre parti das ce débat (enfin, je ne vous en empêche pas non plus, hein), mais d'apporter de l'eau au moulin du prix que nous souhaitons mettre en place, par ces réflexions... Il n'empêche que cet "intégrisme" polaresque m'intrigue assez, ainsi que la démarche choisie : pourquoi perdre son temps à parler des auteurs et des livres qu'on aime pas au lieu de promouvoir les auteurs qu'on apprécie (encore plus quand on reproche aux premiers leur trop grande médiatisation et quand on déplore l'anonymat des seconds...).Curieux de lire vos avis (si vous en avez...) ! Bonnes lectures, sans a priori, je vous le souhaite !

Ce message (construit comme un service de presse) dit ce qu'il faut penser du Défi de l'Imaginaire en reprenant les éléments d'attaque que l'on croise sur Facebook. Ainsi le Le Défi est : élitiste, anti-thriller et dirigé contre certains auteurs. Malheureusement certains semblent avoir mordu à l'hameçon. Une personne qui s'intéresse de plus près au projet "Défi de l'Imaginaire" et aux gens qui y participent devrait comprendre de quoi il retourne. D'autre part les personnes qui auront lu les messages de Gemini (Caroline de Benedetti) sur le Forum Pol'art Noir (comme sur le groupe "L'Instant Polar") savent qu'il s'agissait de messages critiques, parfois ironiques, mais argumentés et en aucun cas irrespectueux. Ces messages devaient gêner des gens puisqu'elle a été éjectée du groupe L'Instant Polar (avec quelques autres)... par ailleurs le groupe comprend toujours une des personnes qui a proféré des insultes et des menaces, à mon encontre notamment.

La chasse ne s'arrête pas là ?

Le forum Pol'art Noir nommé dans le mail reproduit ci-dessus a été victime d'une attaque ciblée le 19 décembre au soir. Les messages de Caroline de Benedetti, Geoffroy et Travis ont été détruits, ainsi que certains sujets ciblés (dont celui sur La Ligue de l'Imaginaire). Aujourd'hui 21 décembre, certains messages continuent de disparaître.

Je reproduis ici le message de Patrick, administrateur du forum Pol'Art Noir :

Pour infos... Le forum de Pol'Art Noir, après avoir été pollué par les spammeurs (ce qui a entrainé la suspension des inscriptions) a cette fois été piraté, et non pas par des robots. Le 19 décembre, les comptes de trois des membres "historiques" (dont deux administrateurs) ont été purement et simplement supprimés ainsi que leurs messages. Faut-il voir là un lien (vues les personnes ciblées) avec les échanges musclés et stériles qui agitent la toile en ce moment à propos de la ligue de l'imaginaire et du défi du même nom, je n'en sais rien. Reste qu'après avoir tenté une restauration de la base de données, plus rien ne fonctionne ici et que semble-t-il la plupart des messages soient désormais inaccessibles. Je tente, dans la mesure de mes moyens, de réparer les dégâts, mais j'ai peu d'espoir de parvenir à remettre les choses en ordre. Si tel était le cas, ce serait synonyme d'une disparition définitive du présent forum et de ses quatre années de discussions et commentaires divers et variés, tenus dans un esprit ouvert et tolérant. Les forums meurent aujourd'hui (pas toujours comme ici de façon violente), remplacés par les réseaux dits "sociaux" comme Facebook ou Twitter. L'avenir nous dira si c'est pour un bien...

La critique littéraire est rare, mais elle est en bonne santé.

Il me semble que cela est assez révélateur d'une société qui fonctionne de plus en plus, au travers de ses médias principaux notamment, à la réaction épidermique, au sentiment plutôt qu'à la raison et à l'argumentation. Si face à l'argumentation critique c'est insulte, menace, amalgame, piratage de forum avec effacement de données, cela veut dire que tout de même le message argumenté passe et qu'il fait peur à certains. La critique fait encore mouche de nos jours où la plupart des blogs et échanges ont la teneur de quatrième de couv' et de discours élogieux sur les livres.


Rajout du 25 décembre, une série de liens en rapport :

La ligue à tort ? (Sous les galets la plage)
Jacky Quartz Spirit : Juste Une Mise Au Point
(Encore et toujours du noir !)

Du Noir sur la toile (Moisson Noire)
Résistance et contre attaque (Duclock)
Glissement de terrain (Duclock)

Défi de l'imaginaire (Wikipedia).

Rajout du 13 Janvier : Il n'y a pas de mauvais genre (Claude Mesplède)

Commentaires

  1. Article intéressant... et triste dans les faits décrits...

    Que s'est-il donc passé pour mériter de tel attaque?

    RépondreSupprimer
  2. http://yossarian.over-blog.com/article-la-ligue-a-tort-93040339.html
    (sur le blog Yossorian, sous les galets la plage)

    RépondreSupprimer
  3. Autres messages liés :
    http://duclock.blogspot.com/2011/12/resistance-et-contre-attaque.html

    et

    http://duclock.blogspot.com/2011/02/glissement-de-terrain.html

    RépondreSupprimer
  4. Pour ma part, victime du piratage du Forum Pol'Art Noir pour un de mes derniers haut faits d'armes : avoir plébiscite "Le boucher des Hurlus" de Jean Amila sur un groupe Facebook parlant de Polar, je trouve que cette acte de Censure discrédite totalement le côté Bisounours du message envoyé aux bloggeurs (ne parlez pas des bouquins que vous n'avez pas aimé, parlez uniquement deceux que vous aimez) puisque là on veut clairement effacer tout avis non consensuel sur des livres.
    Pour ma part cela m'incite à être deux fois actifs qu'avant (ca ne sera pas difficile).

    RépondreSupprimer
  5. salut DJ!
    je viens de lire ton article comme j'ai lu le "débat" sur Facebook, et je ne peux m'empêcher d'écrire ce petit mail. Même si les amalgames et les arguments bidons furent nombreux des "deux côtés de la barrière", ce qui en ressort, c'est une certaine mauvaise foi (voir une mauvaise foi certaine) des auteurs du défi et de ses défenseurs. Je ne dis pas que le fond de la démarche est à jeter, ce que je questionne c'est l'intention de départ.
    Définir la critique et son champ d'expression est une réflexion ardue, d'autres s'y sont cassé les dents, et à ce jour, nulle définition convaincante n'a été proposée. Que quelques rigolos du web s'y lancent, bon on ne peut pas leur reprocher d'avoir de l'ambition, mais encore faut-il être à la hauteur de cette ambition. Aucun des participants de ce défi n'a le bagage culturel, ni la rigueur intellectuelle nécessaire pour prétendre pondre une argumentation critique de qualité. Ce qui revient à poser l'unique question valable: quelle est la légitimité du critique? Question bien plus pertinente vous en conviendrez. Et il me tarde de lire un article là-dessus.
    Il fut un temps pas si éloigné où la critique était faite par des journalistes et des éditorialistes. Cette critique s'inscrivait dans une ligne éditoriale claire, identifiable, un point de vue si vous préférez. De plus, il y avait des filtres, ceux d'un rédacteur en chef par exemple, bref, le critique pouvait se planter, émettre un jugement sur une oeuvre et voir la postérité lui donner tort ou raison, mais il n'écrivait pas son truc dans son coin pour ensuite le publier sur le web et le revendiquer haut et fort.
    ce qui ressort de ce débat, c'est quelle est la légitimité des soit-disant critiques du Défi? Quelles sont leurs compétences effectives? Leurs bagages, leurs cursus, bref en quoi peuvent-ils s'autoproclamer "critiques"? Le problème est d'autant plus épineux que l'on parle de textes sur le web. N'importe qui, et c'est le cas en l'occurrence, peut écrire n'importe quoi, c'est une lapalissade. D'autant que ce qui est gênant et reproché au corpus critique que revendique les auteurs de ce défi, c'est la mauvaise foi qui est à l'initiative de ce projet. Au final, même en torchant trois pages d'argumentation à peine digne d'une analyse de texte en BAC L (la critique a évolué tout de même pour ne pas être : fond, forme, style, ressenti), ce n'est qu'un avis sur un bouquin, et rien de plus. Soit, mais ça ne va pas pisser bien loin. Qu'on critique Chattam ou Thilliez, ouaip, pourquoi pas? Qu'on se revendique "critique littéraire" est une autre question. Je ne défends pas ces auteurs, je m'interroge sur votre démarche et elle me semble bien puante puisque qu'au bout du compte vous nous servez l'éternel couplet : j'argumente (avec quels arguments c'est ça le hic) donc je suis. Mais un pigeon avec une plume au cul ne devient pas un paon.

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur ou madame l'anonyme, heureusement, n'a pas besoin de nous préciser que son opinion est toute faite (malgré les prétendues questions qu'il/elle se pose), vu ses affirmations comme : "quelques rigolos du web" + "Aucun des participants de ce défi n'a le bagage culturel, ni la rigueur intellectuelle nécessaire"...

    Bien sûr, monsieur ou madame l'anonyme ne pose aucune question sur la légitimité de la démarche de la Ligue de l'imaginaire. On ne peut pas débattre avec des individus dont le jugement est déjà fait.
    Suffit pas de dire qu'on s'interroge pour démontrer qu'on a de l'intégrité et des neurones.

    RépondreSupprimer
  7. quelle est la légitimité des soit-disant critiques du Défi? Quelles sont leurs compétences effectives?

    Si on va dans ce sens, quelle est la légitimité d'un écrivain ?
    Pour ma part, quand j'achète un bouquin, je me réserve le droit d'en penser et d'en dire ce que je veux après l'avoir lu. J'ai payé pour un service (divertissement et plus si l'auteur est un bon) donc si le service n'est pas rendu, je le dis.
    Et pour info, il n'y a pas de diplôme pour avoir un regard critique sur ce qui nous entoure.
    Le diplôme un mal bien français...

    Arf je me tate pour rejoindre le Défi du coup...

    RépondreSupprimer
  8. Cher Anonyme, le défi propose une grille de lecture qui me parait pertinente :
    http://ligue.cottet.org/contact/grille-de-lecture

    (les chroniqueurs et chroniqueuses ne s'y plient pas forcément il est vrai).

    La question de la légitimation de la critique se fait ici sur pièce : http://ligue.cottet.org/

    Et pour qui veut bien prendre le temps de lire les critiques du Défi, tout de même... force est de dire que jamais ces romans n'ont été critiqué avec autant d'arguments, non ?

    Pour ma part et au vu par exemple des critiques de Geof et Caroline de Benedetti dans la revue L'Indic ( http://fonduaunoir44.blogspot.com/2010/03/les-sommaires.html ) et sur la toile. Je pense qu'ils n'ont pas besoin de passer un BAC L avant de parler des livres sur lesquels ils réfléchissent.

    Pour les autres chroniqueuses et chroniqueur qui font partie du défi, pour en savoir un peut plus sur eux il suffit de cliquer dans Qui sommes nous et vous tombez sur une présentation des chroniqueurs. Exemple : http://ligue.cottet.org/philippe-cottet

    RépondreSupprimer
  9. Suite à des messages anonymes (émanant de la même adresse IP) comportant des menaces et citant mensongèrement le nom de certaines personnes, les commentaires sont modérés : ne seront publiés que les messages portant sur le fond.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens je vais écrire au Masque et la plume pour leur dire de ne faire que des critiques positives dorénavant (eux sont journalistes enfin je crois). Et puis cher anonyme, l'évolution d'Internet a permis à beaucoup de gens de pouvoir s'exprimer librement (forum, FB, blogs j'en passe ...) et quand je lis certains articles dans certains journaux je suis en droit de me pauser des questions quand aux soit disant diplômes nécessaires.
    Un exemple: un ami a contacté un grand journal national car un "journaliste" avait écrit un article truffé d'erreurs, et bien le "journaliste" s'est justifié de ses erreurs auprès de mon ami en lui disant qu'il avait simplement récupéré des infos sur Internet pour écrire son article, moi j'appelle pas ça du journalisme.
    Maintenant aucune loi en France interdit de porter un jugement, un regard critique oral ou écrit sur une œuvre.

    RépondreSupprimer
  11. Oh là, c'est quoi ce bordel de menace??? Qui peut alors être taxé de sectarisme quand on lit ce que vient d'écrire Duclock??? Réponse contenu dans la question, il me semble

    RépondreSupprimer
  12. Comme dirait l'autre on en a vu d'autres, il faut juste se faire aux nouveaux modes de communication de la toile (avec ce que cela compte d’exacerbations, d'amalgames et d'anonymat).

    RépondreSupprimer
  13. En parlant d'anonymat et d'écrivain, certains parlent de critiques cachés sous pseudo!!! Mais à ce que j'en sais il y a pas mal d'écrivains sous pseudo et dans cette "Grande famille" qu'est le polar euh pardon l'imaginaire j'en connais quelques uns. Il y même des écrivains qui auraient parait il plusieurs pseudonymes, c'est abjecte de telle pratique, le nom de l'auteur et la couverture du livre sont plus important que le contenu!!!!

    Et puis je repensais à ça, de plus en plus les maisons d'éditions envoie des SP à des blogueurs, c'est marrant mais ces blogueurs ne sont pas des "critiques professionnels"! Et pourtant des maisons d'éditions misent sur eux pour promouvoir certains livres qu'ils sortent. La critique bloguesque n'aurait elle aucun "poids" aucune répercussion?

    En ce moment je lis un "thriller" "Polar" qui avait été tiré à 1000 exemplaires par son éditeur, coup de cul le bouquin c'est vendu d'un seul coup à plus de 1500 après qu'un libraire assez connu en face les éloges, pour autant que je sache le libraire en question n'est pas journaliste, n'a pas de bagage (comprendre diplômes) de journaliste, mais il passe à la tv dans des émissions et il a un certaine influence. Depuis le bouquin est arrivé à plus de 40000 exemplaires vendu. Mais ça compte pas cette personne n'est pas un "critique professionnel"!!!

    RépondreSupprimer
  14. Sur le sujet chez Encore et Toujours du Noir : http://encoredunoir.over-blog.com/article-jakie-quartz-spirit-juste-une-mise-au-point-94377692.html

    RépondreSupprimer
  15. Très très léger, l'argumentaire de M. ou Mme Anonyme (à peine digne d'une analyse de texte en BAC L). Ainsi donc, il faudrait un diplôme, exhiber ses médailles (tel un dignitaire de régime soviétique) pour avoir le droit d'émettre un avis. Sans doute faut-il, selon lui (ou elle) être chef cuisinier pour avoir un avis sur ce que l'on mange, architecte pour émettre une opinion sur les bâtiments qui nous entourent, musicien pour avoir le droit d'avoir un point de vue sur un CD, etc...
    Moi, au contraire, je trouve réjouissant que la Toile permette à -presque- n'importe qui de s'exprimer. Et tant pis si cette expression ne présente trop souvent aucun intérêt! Mais à l'inverse des avis souvent SMSiens qui peuplent le Net ("Trop génial ce livre!"), lorsque des lecteurs/amateurs se lancent dans un projet critique plutôt ambitieux, moi, j'y trouve de l'intérêt et salue l'initiative (quelle qu'en soit la motivation d'origine). Et que M. ou Mme Anonyme ne se gène surtout pas pour critiquer leurs critiques! Ce serait peut-être un peu plus constructif.

    RépondreSupprimer
  16. Personnellement, je suis surtout interpellé par les réactions provoquées par le défi. Rien que pour cela, je soutiens l'initiative et j'encourage les contributeurs à persévérer.

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  17. Du côté de Chez Moisson Noire un article rédigé pour la revue Bibliothèque(s) de l'ABF (Association des bibliothécaires de France) en juillet 2011 : http://moisson-noire.over-blog.com/article-du-noir-sur-la-toile-94498840.html

    RépondreSupprimer
  18. Claude Mesplède sur Calibre 47 : http://claudemesplede.com/2012/01/il-ny-a-pas-de-mauvais-genres/

    RépondreSupprimer
  19. Suite à l'attaque d'un auteur sur le blog d'une lectrice, je vais de lien en lien à la découverte d'autres "affaires" de ce genre. Je reste sidéré de l'agressivité et du peu d'ouverture d'esprit de bien des gens. Je respecte le travail de l'écrivain, sa pénibilité, le temps mis à rédiger un texte... mais je me garde le droit d'en dire ce que je veux en fonction de mon ressenti et des qualités que j'y ai ou non trouvées. QU'est-ce que cette censure d'un autre temps ??

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire