Resistenz, Nos reflets égarés, 2011



Une petite considération sur la musique et les paroles pour commencer

La chanson française (on l'a déjà dit par ailleurs) met en avant les paroles, et le sens des mots prend souvent le pas sur la musique, mais ce n'est pas toujours le cas... il y a parfois une parfaite communion entre paroles et musique et chez Resistenz c'est comme si Good Speed You Black Emperor ou Explosion In The Sky avaient fait partie de la chanson française. Les compositions de Nos reflets égarés, servies par de nombreux musiciens, posent un genre de gangue autour de l'auditeur et la gangue fait partie des paroles. Vous suivez ?..

J'écoute en boucle

Plusieurs morceaux de l'album me rendent frapadingues. La voix d'Ana sur Le chat de Cheshire est superbe de justesse, le morceau est un tube sur le fil (je veux dire bancal et beau) que l'on prendra soin d'écouter plusieurs fois par jour et dont on demandera le remboursement par la sécurité sociale. La preuve :


Resistenz, Le chat de Cheshire



Des femmes

J'étais déjà un aficionados du morceau Louise@thedancehall en concert et je retrouve sur l'album cette terrible démangeaison du mollet qui renvoie Flashdance (1) dans les cordes et hisse bien haut les couleurs du Rocky Horror Picture Show (2). Il y a trois tonnes de rêves et d'images là dedans et c'est notre monde qui s'étale et qui devient plus intéressant et plus riche. Et puisqu'on parle de cinéma, (3) Resistenz pourrait très bien faire la bande originale d'un film de Gus Van Sant, vous vous souvenez de Last Days ? Et sur l'écran il y a des femmes, des histoires de femmes : Germaine Krull, Louise qui danse, des femmes-licornes qui reviennent furieuses, La rose blanche, Sylvia Pankhurst... Je ne sais plus à quel moment, j'ai pensé à Virginia Woolf qui demande dans une chambre à soi où sont les femmes dans l'Histoire ?


La Rose Blanche - Die Weisse Rose

L'Album avec des B-Side

Du temps des 45 tours il y avait des B-Sides, des genre de bonus : un morceau qui n'avait pas sa place sur l'album 33 tours, une reprise, un morceau live... Il y a cinq B-side sur Nos reflets égarés. Des reprises des morceaux de l'album par d'autres groupes ou des personnes qui ont participé à l'enregistrement de l'album. Ce sont les même morceaux joués autrement et ça me fait penser qu'il faut que je vous cause d'Hugues Pluviôse. Resistenz est composé d'un noyau formé par Anna Igluka & Erwan Foucault, Arnaud Glaumé (basse) est quasiment toujours avec eux depuis maintenant un an et pour Nos reflets égarés Dan, Maud "Mood" Truter, Guillaume Mainguet, Bichon, Cédric Lucas, Alan, Delphine Coutant, After The Bee, El et Henri Landré se sont joints à la chose. On l'aura compris Resistenz se tient bien debout, tisse des liens et met en place des résonances et grand bien vous fera d'aller voir du côté de Billie Holiday, Eva Joly, Virginie Despentes, Aminata Traoré, Susan George, Milena Jesenskà...




Vous pouvez vous procurer de toute urgence Nos reflets égarés chez Le Thermogène. L'album est indispensable à toute bonne discothèque qui se respecte.

____________________
(1) je dis ça, j'ai jamais vu le film...
(2) Ah là, par contre, le Rocky Horror Picture Show j'ai dû le visionner une bonne trentaine de fois. Un peu comme Recherche Suzanne désespérément, mais c'est une autre histoire...
Notez au passage que les chansons Bird of paradise et Louise@The dancehall sont tirées du ciné-concert de Resistenz : Le journal d'une fille perdue.

Commentaires

  1. Je passe en boucle l’album de Resistenz depuis quelques jours. Je suis un peu surpris. Heureusement surpris. Je ne m’attendais pas à cette évolution après le premier album. Plus calme, plus intensément poétique.
    Effectivement, musique et chanson forment un tout indissociable et ce tout, pour moi, crée des sortes d’embarcadères dans mon cerveau. Ecoutant la chanson, je pars… dans ma propre créativité. J’ai envie d’écrire, je pénètre dans des paysages à la fois miens mais suscités par l’œuvre de Resistenz.
    Sur certaines chansons, les arabesques du violon de Delphine Coutant créent une atmosphère formidable.
    Ceci est une fine sculpture pour les oreilles.
    Une sculpture qui a du chien.

    Philippe Gicquel
    philippegicquel52@orange.fr
    www.philippegicquel.net

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire