Dahlia Noir et West Coast Jazz


Je passais une heure à mesurer trajectoires et marques d'éclaboussures, à racler et récupérer les morceaux dans des tubes à essai, et vaporiser ma poudre sur l'arme du suicide à la recherche d'empreintes. Le travail terminé, je sortis un sac de ma trousse et enveloppai le fusil, en sachant pertinemment qu'il allait finir propriété de quelque grand sportif du L. A. P. D.

James Ellroy, Le Dahlia Noir (tradiction de Freddy Michalski), Rivages/Noir, 1988.

Dans le Dalhia Noir Ellroy dresse les portraits de plusieurs personnages, deux flics obsédés qui vivent avec une fille en chair et en os (ce trio n'est pas sans rappeler, en plus outré, simpliste et noir, Pylone de Faulkner) et un cadavre coupé en deux, fantôme obsédant ; en toile de fond la fin des années 40 à Los Angeles, Hollywood et ses sirènes. De nombreux thèmes se croisent : la boxe, la vie du LAPD, la corruption, la politique, la prostitution, les lesbiennes, le porno, Los Angeles, les relations entres Blancs, Noirs et Mexicains, la ville bordel de Tijuana, la vie de couple... Le début du chapitre 15 donne fissa envie de poser Icky Thump des White Stripes sur la platine. Le livre avance en scénettes plus ou moins apocalyptiques qui plongent dans le noir et la folie comme au coeur du chapitre 20 où un caporal de l'armée américaine alcoolique raconte comment il baise les filles avec Johnny Le Rouge et regarde chanter et danser les blattes. On prendra soin aussi de se munir de quelques tubes de West Cost Jazz et pour commencer je vous conseille la compilation de chez Dreyfus.

Dans les années 50, sous le soleil et dans le sable des plages de Californie et surtout dans le sillage du Be Bop, les studios d'Hollywood recrutent pas mal de musiciens de jazz blancs. Les musiciens qui sont passés par les orchestres de Stan Kenton et de Woody Hermann vont compter parmi les têtes d'affiche du West Coast : Shorty Rogers, Shelly Manne, Jimmy Giuffre... en plus des arrangements très travaillés on y croise des instruments peu usités comme la flûte, le cor ou le hautbois. L'étiquette West Coast est surtout géographique et temporelle. On est avant tout dans le jazz aux côtés d'Art Pepper, le Hampton Hawes Trio, le Lighthouse All Star... Chet Baket et Lennie Tristano ne sont pas loin.

Shelly Manne, The King Swing




Commentaires

  1. Comment ça, "tradiction de Freddy Michalski" ?


    Alfred Nonyme

    RépondreSupprimer
  2. C'est la tradution de laisser une ou deux fautes de frappe pour voir s'il y en a qui suivent.
    Aïe.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour cet article précis et bien écrit.

    Une réticence toutefois: "un caporal de l'armée américaine alcoolique raconte comment il baise les filles", n'est-ce pas une expression trop triviale ?

    Cordialement,

    Jean Tube

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire