District 9, le retour des aliens


Les extra-terrestres sont sur terre !
Rien à voir avec la frimousse d’E.T., les écailles de V., les silhouettes de Rencontres du 3e type ou la satire Mars Attacks. Ces êtres venus de l’espace dans leur gros vaisseau stationné au-dessus de Johannesbourg posent un problème tout simple... ils sont nombreux, miséreux, parqués dans un ghetto et livrés à eux-mêmes. Au bout de 20 ans, les habitants de Johannesburg ne supportent plus ces réfugiés envahissants et désagréables, voleurs, fauteurs de trouble... Ou comment appliquer le problème de la différence dans un film aux problématiques très actuelles.

Sur la forme, le réalisateur a choisi de mélanger des prises de vue façon documentaire, appuyées par le témoignage des acteurs de l’opération qui vise à faire déménager les quelques un million de « crevettes » vers un autre bidonville. Ces plans sont entrecoupés par d’autres, caméra extérieure, « omnisciente », et par des extraits de vidéo-surveillance. L’utilisation de ces 3 modes est assez intelligente.

Le film, lui, possède des ingrédients hollywoodiens dont il aurait sans doute pu se passer (l’histoire d’amour, un trop plein de scènes de combat) mais mélange aussi habilement action, science-fiction, humour et surtout... la gueule de ces créatures ! Le personnage principal, un administratif envoyé sur le terrain pour superviser l’opération de déplacement, va devenir l’objet de toutes les convoitises, se transformant en un mutant humain-crevette (La Mouche n’est pas loin) capable de manier des armes nouvelles. L’acteur, Sharlto Copley, joue à merveille son rôle de crétin.

Neill Blomkamp a 30 ans, c'est un réalisateur sud-africain et il vit au Canada. Il vient du court-métrage et de la pub (la Citroën C4 et le robot qui danse, c'est lui) et signe ici son premier film, produit par Peter Jackson, sur une idée de Fran Walsh.

District 9 est réussi mais il manque au film un quelque chose ; de bonnes idées (l’utilisation des symboliques politiques contemporaines : le MNU - Multi National United, les mercenaires qui composent l’armée privée...) côtoient un scénario parfois convenu : les extra-terrestres auraient gagné à être moins imprégnés de sentiments humains, quant à la fin elle traîne en longueur d’une façon archi-classique. Une chose est sûre, le scénario se prête à une suite.

Commentaires

  1. Yep !
    Un film de série B efficace, sans plus.

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord sur les reproches formulés en conclusion. Effectivement c'est un film [moyennement] excellent ! Idée de départ et réalisation +++, en revanche au bout du compte ça ne mène pas très loin, ça finit par ronronner dans des schémas archi-connus. Manque de souffle en dernière partie. Dommage.

    alizarine.

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas c'était bien meilleur que les creux Inglourious Basterds de Tarantino.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai qu'il y a quelques concessions au cinéma grand spectacle, mais dans le même temps, dans un univers pareil, on ne s'attend pas à des distributions de fleurs.

    J'ai été un peu gêné par la presque "happy end", toutefois, je suis parvenu à en douter jusqu'au bout (La dernière fois que ça m'était arrivé c'était avec Strange Day). Toutefois, on ne peut pas dire que ça baigne dans le sirop (je n'en dis pas plus pour ceux qui ne l'ont pas vu)

    Quant à la remarque sur les sentiments humains, perso, je ne trouve pas que cela soit très juste. Des extraterrestres "plus humains " ne se serait pas laisser enfermer dans un ghetto par des créatures aussi primitives que nous. Ils n'auraient pas bradé leurs armements contre des boite de nourriture pour chat. Ils s'en seraient servi pour niquer tout le monde !! ( Ça, c'est être humain et civilisé, demandez aux Indiens ce qu'ils en pensent)

    Quant à l'attachement du parent pour son enfant (rien ne permet de deviner le sexe, ce qui est un très bon point a mon sens) je ne pense pas que cela soit une valeur si humaine que cela. Toute espece terrestre un peu évoluée tend à protéger sa progéniture. Je ne trouverais pas exceptionnel que nos crevettes en fassent de même.

    Pour moi, dans l'ensemble, c'est une belle tarte dans la face et j'aime

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ah Strange Days !! J'ai perdu le DVD et j'aimerai beaucoup le revoir. Allez, pour dj duclock un petit Skunk Anansie que l'on retrouve dans le film : http://www.youtube.com/watch?v=Nc0zDfH1jog

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire