Charlie Haden, Liberation Music Orchestra, MCA Records / Impulse, 1970


Dès l'introduction de l'album on sent que la maîtrise est là et qu'il va souffler un vent de liberté sur les chants de combat du Liberation Music Orchestra qui semble à la fois être le nom de l'album et le nom du big band que l'on trouve là, sous la baguette de Charlie Haden : Gato Barbieri, Carla Bley, Don Cherry, Perry Robinson, Dawey Redman, Mike Mantler, Roswell Rudd, Bob Northern, Howard Johnson, Sam Brown, Andrew Cyrille et Paul Motian ; 14 musiciens en liberté qui rappellent parfois les polyphonies de l'Art Ensemble Of Chicago, si la guitare espagnole s'étaient pointée chez les gars de Lester Bowie. Les interludes qui jaillissent des morceaux sonnent comme la voix d'un vieux gramophone... à la fois touchantes et lointaines. Les arrangements de Carla Bley n'y sont surement pas pour rien. Une grosse réussite quelque peu hypnotique.

Charlie Haden & Music Liberation Orchestra, Sandino (ce morceau ne figure pas sur l'album dont nous parlons ci-dessus, les petits craquements que l'on entend au début disparaissent par la suite).




Commentaires

  1. roh que ça me fait plaisir de voir cet article
    le plus beau manifeste du jazz libertaire
    et quel solo de basse hommage au Ché, à vous donner des frissons :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire