Alexandre Saada et les 3 questions du Dj Duclock




Il y a peu votre docteur des oreilles chroniquait l'album Panic Circus d'Alexandre Saada qui pourrait bien ravir un grand nombre d'oreilles pour peu que l'on ne se cantonne pas dans des petites cases ; voici maintenant une petite interview avec le monsieur.

Dj Duclock : Que lis-tu en ce moment ?

Alexandre Saada : Je viens de finir de lire (il y a 2 jours) Le Loup des Steppes d'Hermann Hesse et je vais commencer un polar : La chair de l'orchidée de James-Hadley Chase. Le loup des steppes est vraiment une merveille, je dois être un des rares humains à le découvrir si tard, tu l'as lu?

Dj Duclock : Oui, il y a longtemps. C'est le seul Hermann Hesse que j'ai lu, je ne suis pas sur d'avoir tout bien saisi à l'époque, mais il se dégageait quelque chose de fort de ce bouquin. Qu'écoutes-tu comme musique ces derniers temps, l'album qui tourne sur la platine ?

Alexandre Saada : Comme musique, j'écoute beaucoup de classique et de pop (très rarement du jazz) et les deux disques qui tournent ces jours-ci dans ma platine sont Electric Lady Land d'Hendrix et un disque de musique gnawa.

Dj Duclock : Qu'est-ce qui t'as surpris dernièrement... Quand as tu été surpris pour la dernière fois ?

Alexandre Saada : J'ai été surpris de voir que ma copine, avec qui je n'avais presque jamais joué au ping-pong, joue mieux que moi, mon orgueil d'homme de la maison (quand même) est mis à rude épreuve!

Dj Duclock : Je discutais il y a peu de ton album avec deux personnes différentes. Une me disait qu'elle aimait bien les deux chansons chantées, mais que le reste était trop jazz et l'autre qu'elle aimait bien les morceaux instrumentaux, mais que les deux morceaux chantés étaient trop pop... comment ça s'est passé pour la production de Panic Circus ?

Alexandre Saada : Cette question est marrante, c'est vrai l'histoire des deux personnes ? Parce que quand j'ai proposé le disque à des labels pop, ils ont trouvé ça trop jazz et les labels jazz ont trouvé ça trop pop… c'est bien pour ça que je l'ai auto-produit, moi aussi j'ai hésité à mêler ces deux univers mais finalement c'est pas si différent et les cases ne servent qu'à être des cases!

Dj Duclock : Oui, c'est une histoire vraie ces deux personnes, ce qu'elles m'ont dit ne m'a pas vraiment étonné d'ailleurs, il y aurait une sociologie de la musique à écrire et pour ce faire il faudrait se pencher sur les façons d'écouter et aussi pourquoi on écoute telle ou telle musique. Pour la génération née avec le disque, les compilations cassettes et cédés, et maintenant internet, en musique, on peut passer de Rachmaninov à Eminem en quelques secondes, l'accès à un tel catalogue de musique change sûrement la façon de faire de la musique. Peux-tu nous parler un peu de tes influences ?

Alexandre Saada : C'est vrai que toutes ces infos influencent ce qu'on fait, je trouve ça très enrichissant bien sûr (parfois surchargé) il faut trier un peu… J'aime beaucoup la pop des 60', 70', cette période de créativité pleine de joie, d'idées de "bidouillages" et d'"humour"! J'écoute beaucoup de classique, de Bach à Schöenberg, de musique ethnique… Mais mes vraies influences au niveau du jeu doivent être Bill Evans, Oscar Peterson, Miles Davis, Keith Jarret, Joe Henderson, Stevie Wonder, les Beach Boys… en fait je crois qu'on est influencé par absolument tout, bien sûr on écoute plus certaines choses, et dans tout ça il faut retrouver le plus possible ce qui est sensé être réellement "nous même".

Dj Duclock : Merci Alexandre, rappellons aussi à nos aimables lecteurs que l'on peut écouter des extraits de Panic Circus sur ton Myspace.

Commentaires