L'Alignement à Donjons & Dragons

L'Alignement à Donjons & Dragons


Pour orienter la façon de jouer les Personnages Joueurs dans les univers de Donjons & Dragons le jeu propose un système d'alignement qui permet, en partie, de définir la philosophie d'un personnage. Cet alignement est une échelle entre Bon, Neutre et Mauvais et entre Chaos et Loi. Dans les mondes de Donjons et Dragons le Bien et le Mal, la Loi et le Chaos sont des forces cosmiques et elles sont incarnées par divers dieux (et même par des objets). Ce sont des concepts qui régissent le multivers (l'ensemble des univers et la cosmologie de D&D).


Morale dominante, morale relative

Bon / Mauvais peuvent se définir par rapport à la morale dominante et ce qui a été pré-défini comme étant Bon ou Mauvais est alors acquis par un apprentissage. La référence est la société, la religion, un idéal. Ainsi si la morale dominante dit que s'habiller en rouge c'est mal, s'habiller en rouge fait que l'on est mauvais. On peut remplacer rouge par "tuer quelqu'un", "ne pas se comporter de manière virile si on est de sexe masculin" etc. Il s'agit là de morale en tant qu'ensemble de règles de conduite au sein de la société ou d'un groupe. Certains préceptes moraux qu'un groupe trouve "bon" pourra être "mauvais" pour un autre. Ces préceptes peuvent aussi varier dans le temps et l'espace. La morale dominante est, dans l'absolu, une morale relative... Alors quid de l'alignement en terme de D&D ? Le jeu propose un monde dans lequel la Morale et l'Ethique du Personnage du Joueur se définissent par son rapport aux autres (Bien/Neutre/Mal) et à l'organisation de la société (Lois/Chaos). Bien et Mal ne sont pas des valeurs en rapport avec la morale dominante, mais un comportement par rapport à autrui. 

Morale : la position de l'individu par rapport au monde

Pour la notion d'alignement il me semble que D&D propose aux joueurs de choisir un idéal vers lequel ils tendent. Cet idéal est défini par l'altruisme et l'empathie : quel est le rapport du personnage aux autres : "fait-il passer ses pulsions, désirs, envies et buts au-dessus des autres ?" est la principale question quant à l'alignement. Dans le jeu quelqu'un qui ne se soucie que de lui, de ses désirs, de ses envies et qui n'a aucun problème de conscience avec ce que vont provoquer ses actions sur autrui ou sur le monde est défini comme "mauvais". Quelqu'un qui se soucie des autres et des répercutions de ses actions est jugé comme "bon". Cela ramène à la base de la morale individuelle : où est-ce que je me situe dans mon rapport aux autres ? Quel est mon rapport au monde ?
Bon et Mauvais prend alors une autre envergure. Quel groupe, quelle société pourra dire de quelqu'un qu'il est "bon" s'il est prêt à tout pour satisfaire ses pulsions et ses envies sans se soucier des répercutions de ses actes ?

Le Chaos et la Loi

Il y a ensuite l'échelle Chaos / Lois... c'est encore autre chose (qui vient des jeux chaosium je pense, Stormbringer notamment à l'époque...). Là on est plus dans l'organisation (des buts, des fins et des moyens) d'une société ou d'un groupe pour vivre ou survivre. Faut-il respecter les règles (hiérarchie, traditions, serments, morale dominante...), faire un mélange et des ajustements entre les lois qui régissent la société et ses propres choix ou se comporter suivant ses propres lois, celles que l'on se donne avant toute chose ?

Pour résumer, dans D&D l'alignement ne correspond pas vraiment à un alignement du personnage sur la morale dominante, mais plus sur sa morale individuelle et à un rapport au monde (rapport incarné dans le jeu par des dieux). Ce système de classement moral et de rapport au monde donnait lieu à quelques vives discussions du temps de la boîte rouge (dans les années 1980) où les joueurs avaient le choix entre Loyal, Neutre et Chaotique.


Emeric Cloche



Commentaires

  1. Sur l'éthique et la morale, le système d'Humanité/de Voie/ de Moralité du Monde des Ténèbres est assez bien fait si l'on sort du côté binaire attaché à la table des actions de Péché. Je vois tout cela comme des guide à interpréter et non comme un système by the book.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire