Une pensée intégriste (La stratégie du choc, Naomie Klein)


Pas encore lu Mémoire du mal tentation du bien, mais il est bien possible que le livre de Tzetan Todorov ne soit pas sans rapport avec un personnage comme Friedman. Ce qui me semble sûr c'est que le discours de l'École de Chicago est en rapport avec la notion d'âge d'or dont parle Stéphane François dans L'Ésotérisme, la Tradition & l'initiation.

"La mission de Friedman, comme celle de Cameron, reposait sur un rêve: revenir à l’état de santé "naturel", celui où tout est en équilibre, celui d’avant les distorsions causées par les interventions humaines. Là où Cameron projetait de ramener l’esprit humain à cet état vierge primordial, Friedman envisageait de déstructurer les sociétés et de rétablir un capitalisme pur, purgé de toutes les ingérences – réglementation gouvernementale, entraves au commerce et groupes d’intérêts particuliers. Comme Cameron encore, Friedman était d’avis que la seule façon de revenir à la pureté originelle consistait à faire délibérément subir au "patient" (ici l’économie dénaturée) des chocs douloureux : seule une "pilule amère" pouvait avoir raison des distorsions et des modèles défectueux. Cameron utilisait l'électricité pour provoquer des chocs ; Friedman, lui, préconisait la stratégie politique - le traitement de choc qu'il prescrivait aux politiciens audacieux pour remettre sur pied des pays mal en point. Au contraire de Cameron, qui était en mesure de faire sans attendre l'essai de ses théorie sur ses patient involontaires, Friedman eut besoin de quelques décennies et d'une série de tours et de détours pour arriver enfin à mettre en application ses rêves d'oblitération radicale et de création du réel."

Comme dans toute pensée intégriste, le discours de Friedman tourne en rond : si l'économie va mal c'est parce que l'État tente de la contrôler et de la réguler. Le programme est simple, si on laisse faire l'économie (pas de contrôle des marchés, ni des salaires etc) elle retrouvera son ordre naturel et cela fonctionnera. Si le programme appliqué ne fonctionne pas c'est que l'État a mis son nez dedans, que son application n'est pas assez pure et qu'il faut persévérer (malgré ce qu'il en coûte) et, un jour, on arrivera au fameux âge d'or où tout était bien. En attendant cette idée profite à certains.

"Bien qu'enrobée dans le langage des mathématiques et de la science, la vision de Friedman coïncidait point pour point avec les intérêts des grandes multinationales qui, par nature, se trouvent avides de nouveaux marchés déréglementés. Au premier stade de l'expansion capitaliste, le colonialisme - "découverte" de nouveaux territoires, confiscation de terres, exploitation de richesses minérales sans dédommagement pour les populations locales - avait assouvi l'appétit vorace des entreprises. La guerre de Friedman contre l'"État providence" et le "gouvernement tentaculaire" promettait une nouvelle ère d'enrichissement rapide. Au lieu  de conquérir de nouveaux territoires, on s'attaquait cette fois à une nouvelle frontière, l'État, dont les services publics et les actifs seraient bradés pour une  fraction de leur valeur."

Les Chicago Boys formés au discours de Friedman eurent un rôle très important au Chili (et en Amérique Latine) durant la dictature de Pinochet. La Berkerley Mafia, active quelque temps plus tôt, est le pendant des Chicago Boys en Indonésie durant la dictature de Suharto.

(Nb : Pour suivre la lecture commentée de ce livre sur Duclock il suffit de cliquer sur le tag stratégie du choc.)

Commentaires