Ragged & Glory, Le chaudron de l'électricité


Tout l'album est parcouru d'électricité avec des solos très simples sur une deux ou trois notes. Le Crazy Horse semble branché sur un moteur diesel et l'électricité fluide de Ragged & Glory est une gangue moelleuse.


Ragged & Glory ouvre les années 90

Bien sûr les Sonic Youth, les Pixies et même le premier album de Nirvana étaient là avant Ragged & Glory. Les années 90 c'est la déferlante des groupes à guitares (avec pas mal de filles dans le lot), la fin du hard rock à la papa. Guns n' Roses est sûrement le dernier représentant des dinosaures. Neil Young a aidé à populariser la vague grunge (s'il faut lui donner un nom) auprès des parents et la rythmique mid-tempo particulièrement lourde ne me semble pas loin non plus du stoner rock.

Mais au fait de quoi il cause ?

Peu de gens s'intéressent aux paroles des chansons anglo/saxonne. On saisit un refrain, une phrase par ci par là. Mais, en régle générale, les paroles on s'en tamponne. Dans certains cas il vaut mieux faire l'impasse mais chez Neil Young, il y a du texte. La voix est mixée bien en avant et on comprend assez bien les phrases que Neil chante. Il ne vous reste plus qu'à traduire...



Neil Young & The Crazy Horse, Ragged & Glory, Reprise, 1990

Commentaires

  1. Je dirais même peut être; que NY était déja "dans la place" du Grunge..l'attirance lointaine mais très respectieuse que lui et Gobain ont eu, est bien commenté par Young dans sa bio.
    "it's better to burn out, than to fade away."

    RépondreSupprimer
  2. On ne peut que recommander également l'excellent Sleeps with Angels, album marqué par le décès de Cobain justement.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire