Andy Warhol : Occuper l'esprit


"J'ai commencé ma carrière comme artiste commercial et je veux la finir comme artiste d'affaires... Je voulais être un homme d'affaires de l'art ou un artiste homme d'affaires... Gagner de l'argent c'est de l'art, travailler c'est de l'art et faire de bonnes affaires c'est le meilleur des Arts." (1)

Pour Tunafish Disaster (1963) Andy Warhol répète des photos de boîtes de thon et des personnes que ces boîtes de thon auraient tuées par indigestion. Les visages sont placés à côté des boîtes qui les ont tués et la chose est répétée jusqu'à saturation. L'effet est assez choquant. Les grands médias et leur décompte constant de morts dans les catastrophes agissent sûrement en partie sur le même système de répétition saturation en variant leur sujet, cela marque et occupe l'esprit.


Andy Warhol, Tunafish Disaster, 1963

Cet effet de saturation va permettre à Andy Warhol d'accoler son nom à Marylin, Coca Cola ou les soupes Campbell's. Les œuvres sont connues de tous...

Andy Warhol, Campbell's Soup Cans, 1968



Andy Warhol, Marilyn, 1967

Le procédé est un peu le même que les campagnes d'affichage de publicités qui associent la marque à une célébrité (Johnny pour Optic 2000...). Quand on pense Marilyn on est alors jamais très loin de penser Warhol...




_______________

(1) Andy Warhol, The Philosophy of Andy Warhol, Harcourt Brace Jovanovich, 1975 cité par Anne Cauquelin dans L'Art Contemporain, puf, 9ème édition, 2009

Commentaires

Enregistrer un commentaire