Les Cadavres de machines...




"Les cadavres de machines, d'instruments, d'ateliers, etc., continuent à exister indépendamment et séparément des produits qu'ils ont contribué à fabriquer. Si l'on considère la période entière pendant laquelle un instrument de travail fait son service, depuis le jour de son entrée dans l'atelier jusqu'au jour où il est mis au rebut, on voit que sa valeur d'usage pendant cette période a été consommée entièrement par le travail, et que par suite sa valeur s'est transmise tout entière au produit. Une machine à filer, par exemple, a-t-elle duré dix ans, pendant son fonctionnement de dix ans sa valeur totale s'est incorporée aux produits de dix ans. La période de vie d'un tel instrument comprend ainsi un plus ou moins grand nombre des mêmes opérations sans cesse renouvelées avec son aide. Et il en est de l'instrument de travail comme de l'homme. Chaque homme meurt tous les jours de vingt quatre heures ; mais il est impossible de savoir au simple aspect d'un homme de combien de jours il est déjà mort. Cela n'empêche pas cependant les compagnies d'assurances de tirer de la vie moyenne de l'homme des conclusions très sûres, et ce qui leur importe plus, très profitables. On sait de même par expérience combien de temps en moyenne dure un instrument de travail, par exemple une machine à tricoter. Si l'on admet que son utilité se maintient seulement six jours dans le travail mis en train, elle perd chaque jour en moyenne un sixième de sa valeur d'usage et transmet par conséquent un sixième de sa valeur d'échange au produit quotidien. On calcule de cette manière l'usure quotidienne de tous les instruments de travail et ce qu'ils transmettent par jour de leur propre valeur à celle du produit."





Photo : Cyril Herry
Texte : Karl Marx, Le Capital, Livre I, Capital constant, capital variable,
VIII, page 303, folio essais
Musique : Misty de Errol Garner

Commentaires

  1. Ce sont les années d'école, et l'influence de ton oncle qui ressortent? Karl bande-t-il encore? Bel accompagnement musical!
    Bises, Frank

    RépondreSupprimer
  2. C'est que vu l'époque qui se profile un peu de fondamentaux ne fait pas de mal. Et Hop un petit lien : http://www.politis.fr/Le-diner-du-Siecle-etait-bien,12280.html
    Présidé par Nicole Notat (oui, oui la Nicole Notat qui était à la CFDT...), on peut trouver la liste des participants sur Wikipedia.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire