Alexandre Tharaud, Chopin, Journal Intime, Virgin Classics, 2009



Pour compiler Journal Intime, le pianiste Alexandre Tharaud dit s'être retourné sur les événements de sa vie qui ont été en rapport avec tel ou tel opus de Chopin. Le Largo en do mineur c'est à l'enterrement d'un proche. Une Mazurka pourra être Varsovie, une autre Munich. C'est un fait... dans Chopin on peut y glisser ce que l'on veut, chacun son souvenir, et s'il n'y a pas de souvenir là-dedans, ce sera chacun sa contemplation. Je me souviens très bien avoir écouté Rubinstein qui jouait des Mazurkas et des Valses de Chopin quelques après midi de suite, un enregistrement sur cassette audio dans un coffret vert, c'était sur un vieux poste Philips noir et j'avais les yeux sur la campagne. Cet après midi d'hiver j'aime écouter Chopin en regardant les toits de Nantes par la fenêtre. Et je me dis qu'il faut que je lise La musique romantique d'Alfred Einstein traduit par Jacques Delalande chez Gallimard. Je me dis que je n'avais pas réentendu Alexandre Tharaud depuis son enregistrement de Rameau pour Harmonia Mundi, comme le temps passe vite, il va falloir se pencher sur le Satie, le Couperin aussi... Je vous laisse, j'ai une fenêtre à regarder.

Alexandre Tharaud, présentation de Journal Intime.




Et puis comme il fait quand même un peu froid en ce moment, on va danser un peu...

Alexandre Tharaud, Tic Toc Choc Couperin tiré de l'album Tic Toc Choc (Hamonia Mundi, 2007)




Commentaires

  1. On doit pouvoir se pencher sur son Satie ;-) Je l'avais vu l'an passé à la Cité de la Musique lors de la journée Satie et ça lui va comme un gant…

    RépondreSupprimer
  2. J'attends avec impatience qu'il passe du côté de Nantes.. M'est avis que pour les folles journées sur Chopin...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire