Metal et Nazis

Le parapluie blanc, Fall Of Summer, 2017


Le titre de l'article "Metal et Nazis" est provocateur (il faudra penser à écrire "Metal et Illuminati"), en même temps les personnes qui portent un t-shirt avec une croix gammée dessus (comme par exemple, Sid Vicious des Sex Pistols) disent souvent jouer la carte de la provocation. Le Metal utilise plusieurs imageries (médiévale, satanique, guerrière, gore...), les symboles y sont souvent utilisés. Une grande part du Black Metal et du Viking Metal s’inspirent de la mythologie scandinave et païenne, cela explique l'utilisation de nombreuses runes et symboles parfois détournés par les groupes fascistes. Une ambiguïté s'installe. Mais quand on veut aborder le sujet avec les personnes qui écoutent du métal la réponse est bien souvent "nous ne faisons pas de politique".

À la fin des années 90 du côté de Toulouse lors d'une soirée où se produisait (entre autre) Cannibal Corpse et Kreator, trois personnes (une nana et deux mecs) faisaient des saluts nazis pendant le concert. Un des deux types prenait un malin plaisir à frapper les gens qui pogotaient : coup de genoux dans le dos en se précipitant sur eux et coup de poing en pleine face quand ils se retournaient. Ils ont vite été repérés et sortis de la salle de concert. C'est la seule fois où j'ai vu de la violence physique dans un concert de métal.

Le métal est une musique qui entretient des rapports avec la violence que ce soit dans ses thématiques comme dans la façon de jouer. Certaines scènes proposent des groupes qui mettent en avant une imagerie fasciste et des thématiques qui ne sont pas sans rapport avec des thèmes défendus par l'extrême droite (il y a plusieurs passerelles entre âge d'or, paganisme, totalitarisme...).

Quand je me promène dans les festivals de métal ces derniers temps j'entends de plus en plus de conversations au sujet de l'utilisation de symbolique nazie et/ou fasciste et de l'engagement politique. Je croise pas mal de symboles sur les T-shirt et les patchs, beaucoup de ces symboles peuvent être ou sont rattachés à une imagerie fasciste (svastika plus ou moins stylisée, totenkopf, sigle SS, croix celtique, gamma de la milice française, runes...) ; que donnerait ce genre de symbolique dans un autre  type de concert ? Qu'en penseraient les participants ?

Pour certains groupes (plutôt rares), l'adhésion aux idées d'extrême-droite ne fait pas de mystère, même si trop souvent, la mise en avant de la provocation reste une parade quand on demande une explication. La phrase "nous ne faisons pas de politique" ou "nous sommes apolitiques" peut poser question quand le groupe arbore toujours les mêmes symboles ou qu'il traite toujours des mêmes thématiques et toujours dans le même sens. Dernièrement au Fall Of Summer j'ai croisé quelques vestes et t-shirt avec la croix gammée barrée (remise au goût du jour par le groupe Napalm Death avec la reprise Nazi Punks Fuck Off des Dead Kennedys), mais j'ai aussi croisé beaucoup de patchs Peste Noire (K.P.N. pour le sigle soit Kommando Peste Noire) un groupe de Black Metal français mélangeant des thématiques issues de l'élitisme (avec une tendance royaliste), du nationalisme et du paganisme. Ces thématiques qui ne sont pas anodines correspondent à un mouvement dans la culture black metal (voire le National Socialist Black Metal).








On gardera à l'esprit que les personnes qui écoutent du métal font souvent la part des choses et que ce n'est pas parce qu'on aime regarder un film gore que l'on est d'accord avec la violence qui est montrée à l'écran. La musique métal est aussi (au même titre qu'un film de guerre ou qu'un film d'horreur) une catharsis, une ambiance, un spectacle. Écouter la musique de Burzum (un compositeur de la scène Black Metal clairement raciste et survivaliste) ne fait pas de vous un nazi. Il y a aussi une différence entre proposer une chanson sur la guerre, décrire un massacre ou un génocide, se servir d'une imagerie et le fait de revendiquer cette idéologie. C'est sur cette frontière, cette ambiguïté que jouent certains groupes.

Le fascisme repose aussi sur la fascination. Il y a des ponts entre certaines thématiques du métal et le fascisme et/ou l'extrême droite : paganisme, violence, contre-culture, fascinations morbides, underground, instinct, anti-modernisme, provocation... Ces thématiques peuvent être des portes d'entrées vers certains discours politiques. Le Metal n'est pas une musique d'extrême-droite, ni une musique fasciste, pas plus que la plupart des personnes qui en écoutent ; mais il s'agit là de regarder en face ce qui se passe par-ci, par-là et de ne pas fermer les yeux sans pour autant se lancer dans une chasse aux sorcières, ni de mettre tout le monde dans le même panier, justement.



First World Metal Problem Quick meme


Quelques articles sur le sujet :

Subversion, musiques extrêmes et droite radicale par Stéphane François.
Un article sur Rue89 Lyon : Les Nazis envahissent le Black Metal et tout le monde minimise.
Un article du site La Horde : Épidémie de Peste Noire dans la scène Black Metal.
Quelques pochettes d'albums : De l'originalité et de la subtilité des néo-nazis qui font du Black Metal.
Fiche Wikipedia sur le National Socialist Black Metal.
Un article de Toilett ov Hell (avec quelques exemples de T-Shirts) : Shirt Stains : I Did Nazi This Coming.
L'article Dawn Ray’d: “To be anti-fascist and to be into metal go hand in hand”.

Commentaires