La Cantate des Paysans, J.S. Bach

Les petites misères de la guerre, Jaques Callot
Les petites misères de la guerre, Jacques Callot, 

"Bien avant un Goya ou un Picasso, les gravures de Jacques Callot représenteront les horreurs de la guerre et en perpétueront la mémoire." (1)

Jacques Callot (1592 - 1635) évoque la guerre de Trente Ans (1618-1648). Selon Marc Leboucher "ce climat de chaos va marquer pour longtemps les consciences". Faim, massacres, pillages... "Et si dans un tel contexte la musique était le lieu privilégié, souligne Gilles Cantagrel, l'espace qui allait permettre un relatif apaisement, une reconstruction nouvelle ? La musique apparaît en effet beaucoup pratiquée à l'époque - et pas seulement dans les cours -, à la fois comme expression religieuse, notamment pour le luthéranisme, mais aussi occasion de célébration de sociabilité et de loisir. Parce qu'elle suppose un travail sur soi dans le calme, un apprentissage à plusieurs ensuite, une commune intériorité, cet art a partie liée avec la paix. Aussi, lorsqu'une cantate de Bach comme celle des Paysans célèbre des décennies plus tard la paix d'une ville ou d'une principauté, fût-ce pour des raisons très officielles, lorsqu'une oeuvre religieuse exprime la sérénité ou le repos en Dieu, gageons que ces mots et ces expressions prennent tout leur sens pour ceux qui ont gardé mémoire des drames de la guerre de Trente ans." (1)

________________________
(1) Marc Leboucher, Bach, folio biographie, Gallimard, 2013

Commentaires