Fusions et faveurs (La stratégie du choc, Naomi Klein)


Ce passage de la Stratégie du Choc de Naomi Klein n'est pas sans rappeler le Cyberpunk, les PPP (Partenariat Publique-Privé), l'état d'urgence et l'essor de l'emprisonnement en France.

"Loin de soustraire les marchés aux griffes de l’État, ces membres de l’élite politique et commerciale se contentent de fusionner leurs activités et de s’échanger des faveurs afin de s’approprier les précieuses ressources qui appartenaient jusque-là au domaine public – des champs pétrolifères de la Russie aux terres collectives de la Chine en passant par l’octroi (sans appels d’offres) de contrats pour la reconstruction en Irak. 
Le mot qui convient le mieux pour désigner un système qui gomme les frontières entre le Gouvernement avec un G majuscule et l’Entreprise avec un E majuscule n’est ni « libéral », ni « conservateur », ni « capitaliste ». Ce serait plutôt « corporatiste ». Il se caractérise au premier chef par d’immenses transferts de ressources publiques vers le secteur privé, démarche qui s’accompagne souvent d’une explosion de l’endettement, d’un accroissement de l’écart entre les riches à outrance et les pauvres sans importance et d’un nationalisme exacerbé qui justifie des dépenses colossales dans le domaine de la sécurité. Pour ceux qui font partie de la bulle d’extrême richesse ainsi créée, il n’y a pas de moyen plus rentable d’organiser la société. Étant donné les désavantages manifestes pour la vaste majorité des citoyens, condamnés à rester en marge, l’État corporatiste doit adopter d’autres tactiques : le resserrement de la surveillance (le gouvernement et les grandes sociétés s’échangeant une fois de plus des faveurs et des contrats), le recours massif aux emprisonnements, le rétrécissement des libertés civiles et, souvent (mais pas toujours), la torture."

(Nb : Pour suivre la lecture commentée de ce livre sur Duclock il suffit de cliquer sur le tag stratégie du choc.)

Naomi Klein, La stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre, essai traduit de l'anglais (Canada) par Lori Saint-Martin et Pau Gagné, Leméac / Actes Sud, 2008.

Commentaires