La Grèce vue par Ouest France

Tout le monde, ou presque, sait ce qui est en train de se passer en Grèce. Bien sûr, tout le monde n'en fait pas la même analyse, avec les mêmes conclusions.

Le fait est que depuis plusieurs mois, chaque plan de sauvetage piloté par le FMI et l'Europe et proposé/imposé au pays est sensé le sauver (cette fois-ci c'est la bonne). Mais rien n'y fait, et leur SMIC va avoisiner les 500 euros.

Des gens commencent à crever de faim, et avec d'autres, ils manifestent. Régulièrement. Plus ou moins pacifiquement, mais qui sommes-nous pour juger et savoir ce que nous ferions face à tant d'injustice ? Ce samedi dans de nombreuses villes européennes étaient organisés des rassemblements en soutient au peuple Grec. En réponse, ce dimanche 20 février, certains Grecs qui manifestaient devant le Parlement ont communiqué un message de remerciement à l'aide de panneaux et de lettres. On peut le voir sur cette photo tirée du blog Nouvelles hors les murs :

(Cliquez sur la Photo pour agrandir)

On voit bien le "We thank you" suivi des noms des capitales qui se sont rassemblées pour envoyer ce signe de solidarité aux Grecs. On distingue même un masque des Anonymous, qui place bien cette photo dans la tendance des contestataires aux fameux "plans de rigueur".

Ce matin, le quotidien Ouest France a repris la photo "We thank you" pour en faire sa Une. Ce qui importe ici, c'est la légende qui va avec et donne tout son sens au geste des Grecs :
" Le message de ces jeunes Grecs devant le Parlement d'Athènes résonne comme un appel au secours. Aujourd'hui, l'Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone Euro) et le FMI leur diront s'ils ont raison d'espérer, en avalisant ou non le deuxième plan de sauvetage. Et malgré tout, d'autres mesures d'austérité devront suivre..."

(Cliquez sur la Photo pour agrandir)

De quoi rester bouche bée. Quelques mots en réaction immédiate : détournement, manipulation, objectivité mon cul...

En reconnaissant dans cette photo des jeunes devant le Parlement Grec, le quotidien ne peut ignorer que ces mêmes jeunes ne sont vraisemblablement pas du tout en accord avec la politique économique qui les détruit aujourd'hui. Comment, alors, dire qu'ils ont "raison d'espérer" (du FMI ??) et pire, voir leur message comme un "appel au secours" ? Quel chef de rédaction a pu valider en toute intelligence une telle légende ? Qu'est devenue la presse ? À quel jeu joue le premier quotidien français en commettant au mieux une grossière erreur, au pire un terrible détournement ?

On pourra au besoin chercher sur internet (ce que tout journaliste doit pouvoir faire) pour avoir une idée du sens de cette photo, si toutefois il y avait un doute. Le magazine Sud Ouest en a par exemple utilisée une, assez proche, qui ne dit pas du tout la même chose.

Mise à jour 20/02/12 : Les indignés du Paf ont contacté cet après-midi la rédaction Ouest France à Rennes, qui a répondu en gros s'être rendue compte de l'erreur ce matin et ne pas envisager de publier de rectificatif... Chacun pourra se faire son opinion.

Mise à jour du 24/02/12 : Un groupe de personnes a mené une action hier matin dont voici un compte rendu : indymedia.

(Photo : internet)

Commentaires

  1. et oui, ce n'est pas un lundi décisif pour cette presse à vomir...

    RépondreSupprimer
  2. C'est scandaleux, en même temps, est-on en mesure d'attendre mieux... d'Ouest France?

    RépondreSupprimer
  3. C'est un peu général dans la presse. L'apogée aura quand même été le 12 février dernier. Personne n'a expliqué que des centaines de milliers de grecs -pacifiques- n'ont pas pu rejoindre Syntagma pour manifester et se sont fait gazés par la police anti émeute. On parle de 80 000 personnes, c'est très, mais alors très très loin du compte.. C'est toujours plus facile de vendre du papier -ou des images- avec des flammes et des émeutes qu'en tentant de comprendre la situation très complexe en Grèce.

    RépondreSupprimer
  4. Notons que le titre de Ouest France d'Aujourd'hui est "Un peu d'oxygène pour la Grèce".

    RépondreSupprimer
  5. Petit retour en arrière. Tous les médias français (dont Ouest-France) ont repris en choeur le slogan de Merkell-Sarkozy : "La Grèce a menti" (sur sa capacité financière face à la dette du pays). Les mêmes ont applaudi la démission du premier ministre, seule solution pour que tout rentre dans l'ordre (selon eux). Démissionnaire qui enivisageait de demander au peuple grec son opinion sur la question, par une consultation électorale. Je ne sais si c'eût été efficace, mais c'est ça la démocratie. Ce à quoi nos médias répondaient par une ironie méprisante (il a rien compris, y a le feu aux banques, on est sérieux, on parle pognon, là).
    Et c'est à cette presse que nous devrions faire confiance, alors qu'elle falsifie la réalité démocratique - au profit d'une Europe dirigée par Mme Merkell (1er soutien du candidat Sarkozy) ? Nein, danke !

    RépondreSupprimer
  6. Je suis bien d'accord avec toi, Claude, mais j'ai la vague impression que la démocratie, dans cette Histoire contemporaine qu'on est en train de vivre en direct, devient un alibi ; une forme de couverture, ou bien un robinet à carburant pour les politiques (qui ne seraient pas crédibles dans leur campagne sans cet alibi). Derrière, il y a l'argent. Il n'y a que l'argent. Et le pouvoir, bien sûr. Et la démocratie reste un ensemble de chiffres qui rend des statistiques au quotidien (qui guident par ailleurs eux-mêmes la machine démocratique). La Grèce est une affaire d'argent, aujourd'hui. Pas de peuple.
    Et les médias en font une matière rentable, bien entendu. Ils ne peuvent rien en faire d'autre.
    "In euro we trust"

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y aura pas semble-t-il de correctif de la part de Ouest-France qui peut donc inverser la légende d'une photo en toute impunité (le tirage du journal doit être entre 800 000 et 900 000 exemplaires, tout de même). Cela laisse songeur quand aux autres informations unilatérales que les grands groupes de presses donnaient sur la Lybie ou qu'ils donnent sur la Syrie et l'Iran en ce moment. Un seul point de vue et parfois largement faussé...

    RépondreSupprimer
  8. Et pendant ce temps en Islande...

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  9. On dirait que des gens se sont chargés de punir Ouest France.
    Trouvé ce matin sur indymédia : http://nantes.indymedia.org/article/25175
    Bizarrement j'ai cherché et Ouest France n'en parle pas...

    En tous cas à moi, ça me fait du bien de voir ça ;)

    RépondreSupprimer
  10. Je fais une mise à jour pour signaler l'action. Il ma paraît effectivement important de ne pas laisser passer ce genre de désinformations.

    RépondreSupprimer
  11. http://realdemocracygr.wordpress.com/2012/02/23/corporate-media-affraid-peoples-solidarity/

    RépondreSupprimer
  12. il faudrait sanctionner bien d'autres médias et comme dirait damien saez"mettre des menottes à chaque présentateur du JT"

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire