La Vie Parisienne à Nantes/Angers Opéra


Il vous reste encore quelques dates pour profiter de La Vie Parisienne, opéra-bouffe en 4 actes d'Offenbach mis en scène par Carlos Wagner.

Remis au goût du jour par Carlos Wagner (je n'ai jamais vu ou entendu l'original et je n'ai donc pas d'éléments de comparaison), l'opéra Bouffe d'Offenbach se joue jusqu'au 18 Décembre 2011 à Nantes et jusqu'au 8 Janvier 2012 à Angers. C'était là mon premier opéra-bouffe (et ce ne sera pas le dernier, je pense). Il est toujours difficile de juger ce que l'on ne connaît pas et impossible sans élément de comparaison dans le même domaine de faire une critique qui tienne la route.

Quoi qu'il en soit les scènes non chantées (qui ont dû être les plus retravaillées) balancent un humour appuyé (burlesque) qui fonctionne la plupart du temps, ça fait du bien de rire et parfois aux éclats ; musique, théâtre et même quelques acrobaties sont au programme avec des costumes (Patrick Dutertre) et un décor (Rifail Ajdarpasic, Ariane Isabell Unfried) ingénieux. Les chanteuses et les chanteurs du chœur d'Angers/Nantes Opéra (dirigé par Sandrine Abello) ne sont pas en reste dans les chorégraphies (d'Ana Garcia). Le duo Christophe Gay (Raoul de Gardefeu) et Marc Mauillon (Bobinet) fonctionne à merveille. Franck Leguérinel (Le Baron de Gondremark) et La Baronne de Gondremark (Sophie Angebault) semblent avoir été taillés pour le rôle. Certaines scènes sont particulièrement bien réussies comme celles de l'avant-fête, la fête et l'après-fête dans l'hôtel de Quimper-Karadec où Prosper (Christophe Mortagne) finit par chanter la tête en bas et les fesses en l'air. Cet acte où les domestiques se travestissent en leurs maîtres propose une beuverie qui n'est pas sans rappeler celle de Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny. Il faudrait aussi parler de Gabrielle (Amel Brahim-Djelloul), du duo Frick (François Piolino) / Pauline (Catherine Dune), d'Émilie Pictet (Métella) et du brésilien (Bruno Camparetti), mais je ne vais pas tout vous raconter non plus. Pour le livret sachez que nous sommes en pleine comédie doublée d'une satyre sociale de la haute société ; pas piqué des vers 138 ans après la première.

La Vie Parisienne. Angers Nantes Opera 2011 from Angers Nantes Opera on Vimeo.



Un des freins à l'opéra (je veux dire une des peurs qui peut faire que l'on ne va pas à l'Opéra) est la longueur de la pièce... Ici deux fois 1 h 10, entrecoupés de 30 minutes de pause. Mettez-vous tout de suite à l'aise, on ne voit pas le temps passer. À moins d'être allergique à l'humour déployé, aux airs chantés et à l'orchestre dirigé par Claude Schnitzler - qui a su jouer une musique pleine de cuivres, sur la corde raide, sans en faire une musique de la fête de la bière - il y a là de quoi se régaler. Voilà un spectacle complet.

Commentaires

  1. Oui Offenbach ça peut être très destroy ! et certaines mises en scène mettent bien en valeur le coté cynique et contestataire du bonhomme ! voir également la belle Hélène !! un pti chef d’œuvre d'autodérision !

    RépondreSupprimer
  2. Ok je note "La Belle Hélène" j'espère qu'ils vont nous programmer ça du côté de Nantes un de ses quatre. Cette "Vie Parisienne" par Carlos Wagner était vraiment une bonne surprise.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire