Green River de Tim Willocks



"Peut-être le plus grand roman jamais écrit sur la prison", dit James Ellroy en 4e de couverture. Au secours. Enfin heureusement, il dit bien peut-être. Si Green River s'en sort honorablement pour ce qui est de divertir son lecteur, il ne représente pas le haut du panier en ce qui concerne les romans sur la prison (haut du panier qu'on vous a indiqué dans L'Indic n°8).

Green River est un roman à sensations et rebondissements, fait pour être palpitant, dans la catégorie "j'indique au lecteur ce qu'il doit ressentir".

Une juxtaposition antagoniste de forces hostiles attendant d'être déchaînées. La guerre étant l'état naturel de l'homme, la paix n'est jamais qu'un prélude, une préparation.


Vous voici dans une prison fantasmée, aux plafonds de plaques de verre pour une surveillance permanente, avec quatre blocs : au A les Latinos et les Blancs, au B les Noirs, au C les Noirs et Latinos, et au D uniquement les Blancs. Le directeur est complètement timbré, la psy est bien sûr sexy et quand l'émeute va éclater, elle sera coincée à l'intérieur. Pensez donc ! Vous le voyez venir le héros droit dans ses bottes qui va arranger la situation ? L'ensemble laisse penser que l'auteur a écrit avec l'adaptation cinématographique en ligne de mire. C'est un roman qui se prend au sérieux, avec des considérations assez plates sur l'emprisonnement et une volonté évidente de marquer le lecteur. Le goût de déjà vu, les personnages archétypaux, le manque d'imagination, font qu'on oublie vite ce thriller à l'américaine, dans ce que le genre peut comporter de plus raté. Sur un ton humoristique, le plus récent Arrêtez-moi là ! de Iain Levison, réussit bien mieux à faire comprendre le poids du système judiciaire, les conséquences et le rôle de l'enfermement.

Commentaires

  1. Ellroy comme Stephen King a la petite phrase dithyrambique, souvent... Et je me demande s'il n'a pas pété une durite dernièrement, Ellroy, pour couronner le tout. Une durite qui lui fait gonfler les chevilles.

    RépondreSupprimer
  2. Mmm ! Ce n'est pas le premier roman de Willocks, genre je surfe sur le succès de La Religion ?

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  3. Il paraît qu'Ellroy est un génie, et un provocateur, des arguments qui doivent clouer le bec à toute critique.
    Quant à Willocks, je ne connais pas l'ordre de ses romans, ni surtout dans quel ordre Sonatine les a traduits. J'ai bien eu La Religion entre les mains, je crois que j'ai dû lire les 5 premières lignes sans réaction spéciale. J'essaierai peut-être Bad City Blues.

    RépondreSupprimer
  4. Hum. Deuxième roman de l'auteur après "Bad City Blues". Tu peux laisser tomber... Savais-tu que "Green river" était déjà paru en français sous le titre "L'odeur de la peur" ?(http://medias.fluctuat.net/livres/79/7941-medium.jpg)Et en poche en plus.
    Ils sont malins chez Sonatines...

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  5. Rectification : "L'odeur de la haine"
    Toutes mes confuses.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne savais pas ! Merci pour l'info, elle est bien bonne celle-là. Je vérifierai si cette précédente parution est mentionnée dans l'édition Sonatine.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire