Méfiez vous des petites filles & le questionnaire de Proust


Philippe Marlu, Méfiez-vous des petites filles, Frenchsong, 2010

Il y a des artistes que je suis de près alors quand j'ai reçu l'album de Philippe Marlu par la Poste je suis allé me déboucher une bouteille de Bourgueil et j'ai attrapé un verre ballon avant de mettre Méfiez-vous des petites filles (FrenchSong, 2010) sur la platine. La première chanson ouvre le bal avec orgue et guitare électrique, on retrouve la rythmique "Marlu-ienne", quelques chose qui tangue dangereusement mais qui tient parfaitement la route. L'art répond à l'art et on pense aux Garçons Bouchers pour la chanson charcutière (L'Art de charcuter). On retrouve les petits polars à la Villon avec Trois Jeunes voleurs, une ballade de brigands et de pendus avec une bonne orchestration. Les musiciens sont les mêmes que sur les opus précédents : Eric Sourdez, Jean Marc Illien et Dominique Le Bozec... et la galerie de personnages pittoresques mis en chanson est de retour.

J'entame la bouteille et je me dis putain de merde qu'est-ce qu'elles attendent les radios, qu'est-ce qu'ils attendent les tourneurs pour passer du Marlu ?... Merde. Tiens pourquoi pas Au Diable en single, rotation lourde, hein, trois fois par heure... en attendant la carte postale du facteur cheval. Et une chanson en Louchebem (ce fameux langage des bouchers de la Villette) c'est pas tous les jours ! Une preuve de plus s'il en fallait que Marlu aime la langue et qu'il déconne pas avec, non monsieur il joue. Et ce putain de Voyage au bout de la mouise... ça vous changera du 20 h pour ceux qui regardent encore le 20 h. Moi j'écoute les infos après le jeu des milles euros et si au moins une fois ils nous passaient un titre comme celui-là plutôt que de recracher les dépêches AFP...

Maintenant il nous reste à voir le concert, y a même un blues rock à la Marlu qui s'appelle Zéro Milliard d'euros, encore un titre pour sauver l' monde ! J'ai fini la bouteille, non ça va j'ai pas le vin triste, enfin pas plus de 3'55, pas grave, j'vais relancer le disque y'a un rôti Orloff qui m'attend... Méfiez-vous des petites filles, comme Les valses machines et Les mémoires d'un chat sont indispensables.

Philippe Marlu et le questionnaire de Proust


Photo : Frédéric Jambon

Philippe a bien voulu lire un peu de Proust et répondre à ces quelques questions...

Ma vertu préférée
Ça fait longtemps que j’ai perdu la mienne ! Y a une notion de morale, dans le mot vertu. La morale, ça mène souvent à la coercition.

Le principal trait de mon caractère
Méticuleux, patient et obstiné, pour la première couche.
La deuxième couche : humour et détachement.

La qualité que je préfère chez les hommes
Le sens de l'humour

La qualité que je préfère chez les femmes
L'humour du sens

Mon principal défaut
La date de péremption

Ma principale qualité
Dans le jambon, tout est bon.

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis
Qu’ils le restent

Mon occupation préférée
39-45

Mon rêve de bonheur
Epouser Liliane Bettencourt

Quel serait mon plus grand malheur ?
Je me rends compte en essayant de répondre que j’ai un vieux fond de superstition. Je veux pas penser à ça.

A part moi-même qui voudrais-je être ?
Je trouve que c’est déjà assez compliqué comme ça d’être moi.

Où aimerais-je vivre ?
En Bretagne, mais j’y vis déjà. J’aimerais bien aller faire un tour en Écosse. Leurs élevages de cornemuses…

La couleur que je préfère
Noir, mais il paraît que c’est pas une couleur.

La fleur que j’aime
Toutes, mais surtout pas en pot ni en vase.
En fait, plus j’y réfléchis : j’aime pas spécialement les fleurs, mais elles me dérangent pas trop non plus. Y a un genre de statu quo entre elles et moi. Ni fleurs, ni couronne.

L’oiseau que je préfère
L’œuf

Mes auteurs favoris en prose
Céline, surtout Céline, hein. C’est une drogue, un calmant. Un palliatif. Et puis Rabelais, pour la joie.

Mes poètes préférés
Au sens strict, c'est-à-dire « n’écrivant pas en prose » : Villon, à lire à voix haute. Et puis Bruant, dépouillé de ses musiques pompières, il avait un certain don de la langue. Sinon, la poésie… elle est partout.

Mes héros dans la fiction
Robin des Bois : il vole les riches et il tue les pauvres.

Mes héroïnes favorites dans la fiction
Ségolène Royal.

Mes compositeurs préférés
Les anonymes de tous les folklores

Mes peintres préférés
Photoshop

Mes héros dans la vie réelle
Les punks

Mes héroïnes préférées dans la vie réelle
Miss Bretagne.

Mes héros dans l’histoire
La petite soeur de Jeanne d'Arc, pour sa discrétion.

Ma nourriture et boisson préférée
La viande de bœuf, et le vin, rouges.

Ce que je déteste par-dessus tout
Le bla-bla sportif.

Le personnage historique que je n’aime pas
Dieu

Les faits historiques que je méprise le plus
L’élection truquée de Sarkozy

Le fait militaire que j’estime le plus
La désertion

La réforme que j’estime le plus
Celle de la démocratie, encore à venir.

Le don de la nature que je voudrais avoir
L’autotomie. Comme le lézard, si on me coupe la queue, qu'elle repousse, quoi.

Comment j’aimerais mourir
D’une overdose de vie.

L’état présent de mon esprit
Déçu par Marcel Proust.

La faute qui m’inspire le plus d’indulgence
La faute de goût.

Ma devise
Ni chien, ni maître.

____________

Le site de Philippe Marlu où vous pourrez écouter des extraits des album : www.philippemarlu.com
Philippe Marlu sur Duclock : Les mémoires d'un chat
Retrouver aussi Philippe Marlu en interview dans L'Indic n°1 : L'Indic n°1 sur la toile

Commentaires