Frasiak, L'interview

Photo : Frederic Mercenier

Frasiak a sorti son 4ème album l'année dernière et nous étions passé à côté. Voici une petite interview réalisée via internet en attendant la chronique (à venir sous peu) de son album Parlons-nous.

Dj Duclock : Bonjour Frasiak, est-ce que tu peux nous raconter tes premières rencontres avec la chanson française ? La chanson ou les chansons qui t'ont pris par la main pour t'amener à composer toi aussi ?

Frasiak : Les premières chansons qui m'ont interpellé sont celles de François Béranger à la fin des années 70 quand j'étais ado... Particulièrement celles des albums Le monde bouge, L'alternative et l'album En public.
Je me reconnaissais complètement dans les textes "rentre dedans", plein d'amour et d'humour et dans l'univers musical "chanson rock", arrangé par le super guitariste Jean Pierre Alarcen... Le titre Paris Lumière, chanson jazz rock de 20' écrite par Béranger et composée par Alarcen, sur la face B de L'alternative reste un monument.
A l'époque, c'est grâce à un groupe de bal des Ardennes qui me laissait une vingtaine de minutes pour chanter seul à la guitare, que j'ai fait mes premières scènes et évidemment, avec des chansons de Béranger. Mon "tube" de l'époque, c'était Chanson à danser...
Ca m'a vraiment donner le goût du public et surtout l'envie d'écrire et de composer. Sinon, les 33 tours d'Higelin, Lavilliers, Graeme Allwright ou Ferré tournaient aussi pas mal chez moi...

Dj Duclock : Le "goût du public" dis-tu, pour toi la scène, le public qu'est-ce que cela représente ? Tu tournes beaucoup, non ?

Frasiak : La scène c'est la finalité, le partage... ce que je préfère dans ce métier (même si la démarche d'écriture et la naissance d'une chanson restent des moments privilégiés). J'ai vraiment la sensation d'avoir terminé une chanson quand je la joue en public. Parfois elle va là où je ne le supposais pas, en fonction des musiciens qui m'accompagnent ce jour là, du lieu, du public ou je devrais plutôt dire des publics, chaque fois différents.
Une chanson ne résonne pas de la même façon dans un cabaret devant 50 personnes, dans un théâtre de 400 places ou dans un gros festival. Et j'aime bien quand elle vit sa propre vie, que le public se l'approprie et me renvoie ce qu'il en a fait...
Sur scène je varie souvent les formules musicales, pour des raisons artistiques mais aussi pour m'adapter au lieu (et aussi au budget !!). Je fais des concerts en solo, duo, trio ou groupe et je redécouvre les chansons à chaque fois. Et selon les concerts, les musiciens, je vais même jusqu'à changer la liste des chansons que je joue.

Oui, je tourne pas mal mais pas assez à mon goût faute de tourneur professionnel (s'il y en a un qui m'entend !!)Certainement suite aux nombreux concerts que j'ai fait ces dernières années, le dernier album se retrouve avec pas mal de chansons taillées pour la scène. Il a d'ailleurs été bien accueilli par les organisateurs et la récolte concerts est plutôt bonne pour l'année à venir. Mais il y a encore de la place, alors n'hésitez pas à nous solliciter...

T'étais pas né de Frasiak


Dj Duclock : J'espère qu'on va te voir du côté de Nantes ! Est-ce que tu peux nous raconter comment est née la chanson "T'étais pas né" ?

Frasiak : Du côté de Nantes ce serait bien.. J'ai joué il n'y a pas longtemps à Saint-Nazaire à L'air Bleu, le bar de mon frangin, à qui j'ai consacré une chanson dans le dernier album, et le public était fabuleux...
Quand j'étais ado, je passais ma vie à écouter de la musique, à jouer de la guitare, et à refaire le monde avec mes potes. Ca m'a construit et ça restera des années magiques... J'ai un fils qui passe la majeure partie de son temps libre sur internet, avec ses amis de l'autre bout du monde et ceux d'à côté. Il ne met pas souvent le nez dehors et avec ses potes ils se parlent la plupart du temps par MSN, par SMS, ou sur Facebook & co : un "geek" un peu "nolife", quoi !! Tu vois ce que je veux dire... Les réseaux sociaux, tu parles... Qu'est ce qu'il y a de social à rester seul dans sa chambre à pianoter sur un clavier d'ordi...
Alors voilà, j'ai eu cette idée de parler d'aujourd'hui en parlant d'hier et en le mettant au centre de tout ça... Ca l'a bien fait marrer et il m'a envoyé un mail pour me dire qu'il aimait bien... Pas que lui d'ailleurs, parce que pour discuter beaucoup avec le public après les concerts, je me rend compte que la chanson est assez "multi-générationnelle" et j'ai souvent des ados, un peu geek eux aussi, qui me disent beaucoup l'apprécier (peut être aussi parce qu'on parle d'eux...).

Dj Duclock : Bon sang heureusement que Philippe Meyer est passé par là... La prochaine fois que tu viens à Saint-Nazaire on te loupera pas ! Et maintenant quelques questions un peu indiscrètes... Dis moi, qu'est-ce que tu écoutes en ce moment, l'album ou la chanson qui tourne sur la platine ?

Frasiak : En ce moment c'est sur la route, dans la voiture que j'écoute le plus de musique...Alors, bienvenue dans la Chrysler... Dans le chargeur 6 CD, il y a le dernier Higelin (un vrai coup de coeur pour cet album, j'ai retrouvé le bonhomme de No man's land...), Seasons End de Marillion, Foxtrot de Genesis (le rock progressif des 70's j'ai toujours adoré) ... le dernier Raphaël, le dernier Zazie, et mon dernier album (pas par narcissisme, mais que j'écoute de temps en temps pour réviser mes textes)...

Photo : Frederic Mercenier

Dj Duclock : Rhooo Marillion, je me souviens bien de Chelsea Monday, il faut que je me procure le dernier Higelin. Et en bouquin ? Qu'est-ce que tu lis en ce moment ?

Frasiak : Ça va te faire rire, on ne sort pas du sujet, un bouquin qui s'intitule : Facebook : mes amis, mes amours... mes emmerdes, la vérité sur les réseaux sociaux de Delphine Soulas et Olivier Levard. Aussi l'excellent polar autoproduit d'un pote marnais Armand Gautron Comme s'il pleuvait des pierres noires. Je ne suis pas un grand lecteur, j'ai grandi dans un milieu prolo où on ne lisait pas beaucoup. Dès que j'ai un peu de temps c'est la musique qui reste mon loisir préféré.

Dj Duclock : Hey un polar, c'est qu'avec L'Indic Noir Magazine on caus epas mal de cette littérature là... Et voici venir la dernière question, pas facile celle-là... Est-ce que tu peux nous raconter ta dernière surprise ? La dernière fois que tu as été surpris ?

Frasiak : Ah c'est marrant cette question et pas facile en effet.. Alors, surpris par quoi ? Ces derniers temps on va de surprise en surprise... Surpris par le sans gêne de nos députés, qui votent une loi sur la retraite en conservant dans leur régime le droit de travailler une année qui cotise pour deux.
Surpris que la France reçoive le président chinois en grande pompe avec accolade et garde républicaine, alors que le prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo pourri dans les prisons chinoises.
Surpris que les américains aient autant laissé tomber Obama et qu'on risque de revenir à une ère proche de celle de GW Bush.
Mais bon des mauvaises surprises l'actu passe son temps à nous en offrir... alors parlons des bonnes...
Surpris par ce bébé qui tombe du 7ème étage sur le store d'un bar et fini dans les bras d'un client... et indemne... (ah les bars, ça a du bon....)
C'est mon anniversaire le 07 novembre et je suis content car ce matin au courrier, surprise !! j'ai reçu plein de boîtes de chocolats.. Je suis super gourmand et ça c'est pas une surprise..
Je sais j'ai triché, alors si je ne devais en garder qu'une.. un peu égoïste mais bon.... La bonne surprise de ces derniers jours c'est certainement que Philippe Meyer ait passé ma chanson T'étais pas né dans son émission sur France Inter samedi dernier et que ça ait provoqué autant de belles réactions... La preuve, grâce à lui, on a même fait cet interview...



Bar Le Duc City Blues, Frasiak en concert à L'air Bleu en 2009

Commentaires