Arnold, L'Interview



Dj Duclock : Salut Arnold, il y a peu tu m'envoyais ton album Escroc qui sort actuellement et certaines de tes chansons m'ont tapé dans l'oreille : Lonesome Troubadour, Charlie Alpha et la Ballade de Villon notamment, puis quelques autres ont mis un peu plus de temps (Saoul, Chouchou...). Ça fait longtemps que tu es dans la chanson ?

Arnold : C'est le 3 ème album que l'on produit avec les ex Chupa Chuva devenus Arnold (Bal Nuisette 2005, Sauvage 2007, et Escroc 2010) on doit être à trente chansons environ, ça fait dix ans que j'écris personnellement. J'ai toujours aimé chanter et déchiffrer les grands chansonniers... les Brassens, les Gainsbourg etc...

Dj Duclock : Oui-da on sent pas mal d'influences dans ta façon d'écrire et de chanter - on a aussi du Lavilliers il me semble sur la très bonne Charlie Alpha - mais ces influences me semblent assez multiples et digérées et du coup tu bâtis ton propre univers. Bon sang mais pourquoi a-t-il fallu attendre ce troisième album pour que je mette la main sur Arnold ? Je me demande souvent ce que foutent les programmeurs radio ? Tu tournes en ce moment ?

Arnold : Oui j'adore Lavilliers son album Carnets de Bord est un modèle de belles chansons variées. Mais après c'est chacun son style sa plume ses possibilités vocales. Je ne cherche pas à imiter qui que ce soit même si c'est vrai qu'avec les musiciens on se donne des références pour être en phase sur l'interprétation des morceaux. Tu as vu juste sur Charlie Alpha le refrain est chanté "à la Bernard" Lavilliers tandis que le couplet est plutot talk over à la gainsbarre. Quant à l'accueil de notre musique par la sphère critique et journalistique ce n'est pas vraiment de mon ressort. On passe sur quelques radios locales à travers la France et outre atlantique sur radio Canada, l'équivalent de France inter au Cuébec, plutôt pas mal mais pas de radio nationale ici en France. Coté scène nous sommes coachés par Francoise Fognini qui a réalisé la mise en scène du spectacle Escroc et managés par Florent Bony qui remue ciel et terre pour nous décrocher les dates parisiennes, et des concerts en province.

Dj Duclock : J'espère qu'on va pouvoir te voir du côté de Nantes. Est-ce que tu peux nous parler un peu du processus d'écriture d'une chanson ? Comment vient l'idée ? Comment se passe l'écriture du texte, de la musique ?

Arnold : Le processus de création d'un groupe c'est jamais facile à expliquer. Il n'y a pas de recette miracle ni de méthode que l'on reproduit en copié collé. Le minimum à avoir ce sont des bribes de texte voire simplement un sujet un thème une idée de chanson, ensuite on cherche la mélodie qui colle le mieux à cette idée, soit en opposition pour donner du relief, soit en accord total pour renforcer. Je le répète aucune chanson n'a la même histoire trajectoire. Nous pouvons mettre 2 heures comme 2 ans à boucler un morceau. Souvent on pense à une chanson que l'on connait tous et on essaie de lui coller à la peau. L'idéal en groupe c'est d'avoir des références communes de poser les mêmes mots sur les mêmes ambiances sonores visées de façon à être précis dans l'émotion qu'on a envie de véhiculer. Il y a pas mal de discussion philosophique à avoir avant de trouver le bon ton sur une chanson. Par exemple, pour la chanson Saoul on s'est basé sur l'esprit du groupe Java, pour La vie ma belle on a pensé à du Souchon, pour Charlie Alpha j'ai tenté de chanter le refrain à la Lavilliers, sur Abbesses à Pigalle. Sur la Ballade de Villon, la mélodie était écrite avant d'avoir l'idée d'adapter le poème existant, et j'ai mêlé mes mots à ceux de Villon. Le plus difficile n'est pas d'avoir une idée mais de bien la réaliser...Si ça ne te parait pas très clair, c'est que j'ai pas si mal répondu à ta question.

Arnold a un site sur internet : Arnold.

Arnold, Abbesses - session acoustique

Commentaires

  1. Merci pour l'interview par mails interposés et
    bonne continuation à ton blog, je reviendrai voir ce qu'il s'y dit. A un de ces clics

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire