Oh Calcutta ! Calcutta !


« J'ai toujours été contre l'imposture des religions. Est-ce en peignant la cathédrale d'Amiens que j'ai pris conscience de tout ce music-hall ? »

In Clovis Trouille, Raymond Charmet et Clovis Trouille, éd. Filipacchi, 1972

Clovis Trouille (1889 - 1975) compose des peintures branchées sur l'érotisme et il a pris en grippe le sabre et le goupillon. Faut dire aussi que la Première Guerre mondiale est passée par là... puis la Deuxième. Voici un petit défilé des toiles mis en ligne sur le site de l'Association Clovis Trouille. Le Musée de Picardie d'Amiens expose quelques-unes de ses œuvres.


Commentaires

  1. Le sabre et le goupillon c'est une vieille histoire.Clovis Trouille pourtant natif de ma région est peu connu même ici.A vrai dire je ne l'ai découvert que lors d'une petite intervention que j'avais faite sur le chef-d'oeuvre de Bunuel Nazarin ou apparaît une de ses toiles,qui ne pouvait que convenir à Don Luis,cet athée grâce à Dieu.

    RépondreSupprimer
  2. BONJOUR

    Vous trouverez ici
    http://m_debray.perso.neuf.fr/TROUILLE%20RUSKIN/index.html

    le texte illustré de la conférence que j'ai donnée au Musée de Picardie sur Clovis Trouille en juillet 2007.
    MERCI

    RépondreSupprimer
  3. Merci Michel, pour le texte et les images...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire