Harry Belane se souvient de cet air


Harry Belane s'occupe du blog PULP. Il se souvient des années 90... où le rock à guitare voyait débouler les filles.

Photo : Service de Presse


1993. Pour moi, il ne s'est rien passé. Ou presque. J'ai quatorze ans, plutôt de bonnes notes et une légère poussée d'acnée. Pendant les cours de dessin que l'on s'évertue à qualifier "d'arts plastiques", il m'arrive, depuis quelque temps, au lieu de fournir d"ignobles gribouillages primaires, d'entendre des coups de klaxons insistants qui me semblent désespérement adressés. Il y a aussi une mélodie lointaine qui grimpe jusqu'à la fenêtre du second étage où j'ai pris l'habitude d'exploser les mines de mes crayons HB tous les mardis après-midi entre quinze et seize heures. Invariablement. Hormis mes irrépressibles pulsions d'école buissonière. Pulsions qui s'emparent souvent de moi bizarrement les mardis. Après-midi. Entre quinze et seize heures. Mais pour l'instant je reste coincé entre Picasso et Kandinsky. Les klaxons ont cessé et le son d"un autoradio est monté d'un cran, la mélodie lointaine se précise : je peux désormais reconnaître "Drivin' On 9".Le professeur se tourne vers le tableau, je risque un oeil par la fenêtre et là je vois Kim Deal, le front bandé d'un foulard blanc à pois bleus qui laisse négligemment échapper quelques mèches de cheveux. Pas mal. Elle porte une robe sixties et des lunettes aviator. Cette fille n'est peut-être pas la plus jolie mais elle a de l'allure. Avec un large sourire, elle garde une main accrochée au volant d'une décapotable mauve aux sièges de cuir blanc et de l'autre m'invite à la rejoindre à l'avant ; je peux presque déjà entendre le tintement de la bouteille de Jim Beam dans la boîte à gant et du pack de bières sur la plage arrière. "Drivin' On 9". La sonnerie retentit, à son insupportable stridence se mêlent déja les bruits des chaises, des bureaux, des conversations adolescentes qui impliquent d'étranges variations entre les graves et les aigus et je me sens terriblement seul. Je baisse le regard sur ma pochette de dessin. Putain, j'ai encore explosé mon crayon HB...

The Breeders, Drivin' On 9

Commentaires

  1. Images + musique, j'ai un max de réminiscences qui viennent d'assiéger ma caboche.
    Je me sens tout drôle.
    Merci à Kim Deal et au duclock pour cet agréable moment.

    Amilanar

    RépondreSupprimer
  2. Les Breeders ça fait mal aux dents quand même...

    RépondreSupprimer
  3. J'en connais qui ne m'ont pas encore causé de leur souvenir musical...Ce serait bien que j'en ai un à publier pour dimanche prochain.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire