Les Allusifs font dans le 3/4 polar


Cette maison d’édition a été fondée à Montréal en 2001. Elle se lance cette année dans une collection ¾ polar, étrennée par Gabriel Trujillo Munoz avec ses romans - plus proches de la novela - Tijuana City Blues, suivi de Loverboy et Mexicali City Blues. Ils ont pour personnage récurrent un avocat des droits de l’homme, Miguel Àngel Morgado, qui oeuvre à Mexicali, ville de Basse Californie au nord du Mexique.

Je n’ai pas lu le premier opus mais les deux suivants de la collection, et il faut reconnaître que ces histoires ont du sel. Trafic d’organes dans l’un, trafic de drogue dans l’autre, l’avocat se trouve embarqué dans des enquêtes toujours plus compliquées qu’elles n’en ont l’air. Violence et onirisme se côtoient, appuyés par cette ambiance propre aux hispaniques. Jamais bien loin, le puissant voisin américain a toujours un lien, pesant, avec les drames vécus par les protagonistes.

Le format, très court, laisse peu de place au développement des personnages et des thèmes. Avec le prix, c’est le seul inconvénient de cette belle collection. Il faut l’envisager comme une façon de découvrir un pays, et tant qu’à faire lire plusieurs histoires à la suite pour profiter pleinement de leur univers. En attendant de découvrir ce que nous réservent les prochains 3/4...

Gabriel Trujillo Munoz, Tijuana City Blues, Loverboy et Mexicali City Blues, Les Allusifs, 2009, 12 euros 50

Commentaires