Des mots pour la semaine.


Tony Truand, l'infatigable amoureux de la langue française, nous propose d'enrichir un peu notre vocabulaire. Ainsi pendant quelques temps il sera proposé sur Duclock une présentation succincte de quelques mots (dont les définitions ont été piochées dans "Turlupinades & tricoteries : Dictionnaire des mot obsolètes de la langue française" de chez Larousse) suivis d'exemples originaux et classieux. A vous ensuite de les placer dans la conversation et pourquoi pas de venir nous raconter comment cela s'est passé. Voici donc autre chose que des petits poids pour dîner. Tony à toi l'antenne...

Voici une collection de mots tombés en désuétude mais dont l’absence de synonymes milite en faveur d’une réhabilitation. A Dieu va donc ! Et l’on me pardonnera si, pour être ici publié, j’ai dû parfois sacrifier au style indu de ce lamentable blog pour adolescents. Nonobstant ce petit calcul, j’espère que vous apprécierez ce répertoire de mots obsolètes glanés au hasard de mes pérégrinations.


Bobillonner (v.) : Hésiter, tâtonner.

Exemple : Faut le faire une fois ! La première fois tu bobillonnes, après c’est aussi simple que faire une omelette, tu verras.

Autre exemple : Flash Gordon plongea du haut de la falaise dans l’eau glacée sans bobillonner. Miraculeusement indemne, il remonta jusqu’à la surface alors qu’il croyait que ses poumons allaient éclater.

**
*

Ecornifleur (s.m.) : Parasite qui prend, se fait donner çà et là de l’argent, un dîner, etc…

Exemple : Le monde est composé d’écornifleurs et de gogos.

Autre exemple : Ecornifleur, c’est un métier !


**
*


Emerilloné, ée (adj.) : vif, alerte.

Exemple : On est pas bien émerilloné les lendemains de cuite.

Autre exemple : Quand je pense au gosse émerilloné qu’il était et que je le vois maintenant !

**
*

Merci Tony Truand. Et puisqu'on est avec les beaux mots, autant se payer une bonne tranche de musique et quelques dires sur les mots ! Et pour ceux qui apprécient je leur conseille d'aller un peu lanterner par ici et par ... sans oublier le site Rock Made In France.

Jacques Bertin, La Fine Fleur


Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire