Triggerfish Twist de Tim Dorsey


De la poilade et de la bonne écriture ! Tim Dorsey m’a fait penser à un Iain Levison encore plus affûté. Les situations et les personnages sont totalement barges, rien que ça c’est un régal. Voilà une ville, Tampa en Floride, et un chassé-croisé entre famille typique avec ses deux enfants, voisin hargneux, vendeur de bagnole crétin, arnaqueurs drogués... ou encore professeur - plus pour très longtemps - dans l’enseignement public, ("un boulot de merde, tout le monde n'arrêtait pas de le lui dire", du couvreur au vendangeur de fosses septiques en passant le plus obscur figurant de Star Trek.)

Tout ce petit monde se croise de plus ou moins près dans une vie où l’on perd son boulot assez facilement, comme John le spécialiste du consulting dont Dorsey livre une définition croustillante.
« La gestion de la violence des salariés. C’est ça, notre boulot. L’entreprise américaine est en train de devenir le lieu de toutes les tensions. Les patrons ne peuvent plus se permettre de traiter les gens par-dessous la jambe sans craindre de se faire tirer dessus. Mettez ça sur le compte du déclin de notre culture. Nous, nous intervenons de manière que le patron puisse dire : Moi, je vous aurais bien gardés, mais c’est les consultants qui m’ont obligé. »

On a beau se marrer et pas qu'un peu, ce qu’on voit en arrière-plan, c’est un monde de misère et de laissés pour compte. Des purs produits de leur société. Les milles et une façon de dégringoler l’échelle sociale, quelles que soient les tentatives pour re-grimper dessus.
« Très bientôt, ceux qui erraient dans le désert depuis trop longtemps commenceraient à sortir les gens de leur voiture pour leur taper dessus. »

Dorsey créé une parfaite mise en relief, maniant le contraste entre humour et glauque. Surtout, il parle de l’Amérique, des sans cervelles abrutis devant la télévision, des passifs, des exploiteurs et de ceux qui surnagent. On le voit dans le discours (critique mais conformiste) de Serge face aux étudiants, et dans l’apothéose du 4 juillet avec la chanson de Springsteen, Born in USA.

Tim Dorsey, Triggerfish Twist, Rivages, 2008, 10 euros 50, 446p.

Commentaires