Amilanar se souvient de cet air.



En ce dimanche de fin Mai c'est Laurent "Amilanar" - webmestre du site Sous les galets la plage, chroniqueur chez Pol'Art Noir, L'indic et Le Cafard Cosmique - qui nous fait voyager en RFA avec un bon vieux tube d'INXS.

Je me souviens…
C’était en 1984. La commune où se trouve mon collège est jumelée avec une petite ville en RFA, à deux pas du « rideau de fer ». Tous les deux ans, les Français rendent visite aux Allemands, histoire de faire la fête, de resserrer les liens entre nation et tout le toutim. Le jumelage procure aussi aux élèves germanistes l’occasion d’améliorer leur pratique de la langue in situ. Cette année là, j’étais en classe de troisième.
Je me rappelle le long voyage avant de parvenir à destination. Environ 1500 kilomètres, une des premières fois où je m’aventurais aussi loin à l’étranger. Dans l’habitacle se mêle l’odeur des pieds sales, des corps en transpiration, les relents de vomissures, le parfum acidulé des chewing-gums… Et puis, les cheveux gras, le brouhaha des conversations et les éclats de voix d’excitation ; les hormones sans doute. Et là-dessus, une seule cassette pour sonoriser l’intégralité du voyage. Eh oui, je vous parle d’une époque dépourvue de MP3. Une époque où la jeunesse n’était pas assaillie par tous ces gadgets superflus qui la transformait en support multimédia. Autant dire que la cassette n’a pas arrêtée de tourner en boucle, nous assénant inlassablement les « hits » du moment. Je crois me souvenir qu’elle appartenait à un des professeurs qui accompagnait notre groupe. Il s’agissait d’une compilation des tubes du moment ; l’époque était à la New Wave. Dans la sélection figurait Original Sin, morceau du groupe australien INXS dont je n’avais jamais entendu parler jusque-là. Pour moi, l’Australie était un pays aussi lointain et exotique que l’Inde. Les kangourous et les ornithorynques, voilà tout ce que le nom suscitait comme images en moi. Alors vous pensez bien, un groupe australien, quel choc ! Depuis, j’ai découvert Midnight Oil qui m’a calmé tout net. Et puis, la New Wave… Comment dire… Lorsque je revois les vidéos de l’époque, les coupes de cheveux, les vêtements, ah la vache ! Vaut mieux que je me taise.
Bref, Original Sin imprègne toujours ma caboche. Et lorsque j’entends jouer ce titre, aussitôt me revient en mémoire, mon voyage en RFA. La découverte du « rideau de fer », c’est une autre histoire…

Original Sin, INXS
Amilanar, 39 ans moins les dents de sagesse
En voyage en RFA, 1984

INXS, Original Sin

Commentaires