Flic à Hollywood de Joseph Wambaugh

J’avais beaucoup entendu parler de Wambaugh, l’auteur référence, celui qui a inspiré Ellroy. Un jour j’ai dégoté Soleils Noirs et je l’ai lu, et je l’ai trouvé excellent. Alors quand j’ai vu Wambaugh enfin réédité au Seuil, j’ai salivé.

Flic à Hollywood, le titre résume bien le roman. Chronique d’un commissariat et de ses flics, entre le jeune qui fait figurant et rêve de devenir acteur, la mère d’un gamin engagé en Afghanistan après l’Irak, le malade imaginaire, le duo de surfeurs, et leurs surnoms, l’Oracle, le Bri et le Débris...
Les flics et leurs histoires, leur mal d’exercer un métier où ils subissent la pression du politiquement correct et le contrôle des Affaires Internes. Des flics dans une ville sans franchement de rêves, avec une galerie de personnages tous plus ou moins fêlés. Le roman ressemble à un annuaire d’anecdotes incroyables, de Darth Vader à vélo au type à la pomme de terre dans une salle de films pornos en passant par les camés et les boîtes aux lettres...
Mon problème : j'ai trouvé l’ensemble stylé mais décousu, même s’il y a bien une enquête en fil conducteur (vol dans une bijouterie et mafia russe). D’un côté certaines histoires sont jubilatoires, les personnages et le contexte immergent totalement le lecture, de l’autre l’ensemble tourne en rond. Il m'a manqué un souffle d'ensemble. Apparemment, Ellroy a pressé Wambaugh de se remettre à raconter ses histoires de flics, mais peut-être avait-il épuisé son stock et sa verve. Je vais plutôt me replonger dans ses vieux romans. J’aimerais trouver Les nouveaux Centurions, son premier best-seller du début des années 70, et tous les autres qui ont suivi jusqu'en 1996 avec Floaters...

Joseph Wambaugh, Flic à Hollywood, Points, 2009, 7 euros 80

Commentaires