Pigalle, ballade en mélancolie

Pigalle, ballade en mélancolie


Qui d'autre que François Hadji Lazaro pouvait composer une chanson en se mettant dans la peau d'un guichet automatique d'autoroute ? 
Un tatouage en souvenir, de la zoophilie, du désespoir, la gentrification, un salaud ordinaire, la vie des autres, des réfugiés qui meurent en mer, un arrêt de bus qui sert de spot pour les adolescents du village, une femme qui habite seule dans sa voiture, deux lesbiennes dans une petite ville, un hymne à la joie, une rencontre au manège, une danse pour la fin du monde... Le dernier album de Pigalle c'est autant de sujets évoqués sur des airs de musette punk et de blues à la française. Un style musical propre à François Hadji Lazaro, multi instrumentiste depuis la fin des années 80. Ici tout est beau et triste, avec un léger parfum de désuétude... mélancolique.



Commentaires