Morgane Caussarieu se souvient de cet air



Le roman de Morgane Caussarieu Chéloïdes, chronique punk sort aujourd'hui aux éditions l'Atelier Mosésu. Chéloïdes c'est une histoire d'amour. C'est à la fois lucide, amer et destroy. Punk, quoi. À lire assurément si vous avez l'estomac et le coeur bien accrochés. En attendant voilà un non souvenir musical de Morgane pour la collection Je me souviens de cet air.

Je voudrais parler d'un air dont justement je ne me souviens pas. Enfin, d'un groupe. Lebanon Hanover. J'évoluais dans la scène post-punk surtout à l'époque, et Lebanon Hanover, c'est un groupe qui marche bien, qu'on voit souvent un peu partout, en festival, à Paris, en Allemagne. J'étais à trois manifestations où ils ont joué, je les ai certainement vus trois fois. Enfin, le souci, c'est que je m'en souviens pas, mais les copains sont formels. Il y a même une photo où on me voyait devant la scène, je l'ai perdue depuis. Soit j'étais trop bourrée, black out total, soit j'étais trop en train de me disputer avec mon boyfriend pendant qu'ils passaient pour leur prêter attention. Bref. 
Ce soir là à Paris où ils rejouent au Klub, je crie à qui veut bien l'entendre tout en sirotant mon Pastis pur que Lebanon Hanover, c'est mon groupe maudit, et qu'il n'y a pas moyen que je les loupe à nouveau ce soir. C'est sûr, je les verrai. Je dis cela à a peu près toutes mes connaissances, j'insiste, je braille, haut et fort, puis je ne dis plus rien. Noir.
Je me réveille en train de pleurer devant le videur du Klub, a lui expliquer la situation, à lui dire que je dois absolument pas rater le groupe maudit. Il faut qu'il me laisse entrer. Le mec me dit que non, c'est pas possible, qu'il vient juste de me sortir en me portant comme un sac sur ses épaules, parce que j'avais fait chier tout le monde et empêché le groupe de jouer. Que je venais juste de lui filer une beigne et que j'avais de la chance qu'il soit aussi gentil avec moi. De toute façon, Lebanon Hanover, c'est fini, on est passé au suivant. 
Je n'ai toujours aucun souvenir d'avoir vu jouer Gallowdance de Lebanon Hanover en live à ce jour, pourtant, les quatre fois, j'étais là, devant la scène. C'était surement pas très beau à voir d'ailleurs. Ou bien un peu rigolo, c'est selon. 
Si vous vous posez la question, c'est vieux tout ça, et oui, depuis, j'ai réglé mes problèmes d'alcoolisme...


Commentaires