Carnifex, Until I Fell Nothing (Victory Records, 2011)


Carnifex Until I Feel Nothing

Until I Feel Nothing, quatrième album du groupe de deathcore californien Carnifex continue sur le schéma de l'album précédent. C'est comme si la tempête n'avait pas de fin...

Tu veux des classiques ?

Les compositions classiques claquent comme autant de coups de tonnerre, et de la brutalité musicale émerge des mélodies (écoutez par exemple A Grave To Blame et son clavier discret). Si vous ne savez pas ce qu'est un growl (chant guttural), un scream, un blast beat (mur du son rythmique) ou un breakdown (plus cool que le blast beat) tout est expliqué ici par l'exemple. Vous pourrez aussi apprécier la technique. Carnifex fait partie des groupes de la trempe de Rivers Of Nihil, At The Gates et Archspire avec un côté punk plus prononcé.

L'imagerie

Appelez ça un pochon ou une jaquette, quoi qu'il en soit dans le metal (peut-être plus que dans tout autre genre musical) l'illustration a une importance prépondérante dans un premier temps, elle donne le ton (à tort ou à raison). L'illustration de l'album signée Menton3 colle bien à l'ambiance générale.

Watch me dig my own grave, my own grave.

Les thématiques abordées par les chansons sont sombres et violentes : mensonges, suicide, rêves, fantasmes, cauchemars, fin du monde. Le terme latin Carnifex (de carnifico "exécuter") peut se traduire par "bourreau" ou "boucher". Vous l'aurez compris, le groupe porte bien son nom et ce n'est pas pour rien que le disque s'ouvre sur les mots "Fuck the world".




Commentaires