Ce que Bob Dylan me disait (épisode 12)

Bob Dylan, Superposition, 2013


Dylan c'est un truc qui ne m'a jamais lâché, c'est à la fois très personnel et familial, comme ces centaines de kilomètres qu'on a fait avec le père, la soeur et le frère au début des années 2000 pour aller l'écouter en Allemagne du côté de Stuttgart. Dylan c'est une chanson pour chaque situation... c'est notre Shakespeare à nous. C'est chouette d'être né dans le même siècle que Bob.



Vas-y, fais le !

Combien de fois j'ai entendu : "Dylan chante faux" ou encore "je préfère les reprises que les originaux"? Les disques de Dylan ne sont pas parfaits et c'est aussi ça qui me les rend si attachants. Ce côté bancal chez Dylan c'est l'assurance de ne pas se retrouver avec trop de sucre. En vérité je vous le dis la voix de Bob Dylan - justement parce qu'elle est originale - sonne juste à mes oreilles. J'ai l'impression que ce type me dit : tu as une idée ? Vas-y essaye, même si le résultat n'est pas là. Ce qui compte c'est de le faire.


Les chansons longues

Bob Dylan c'est aussi une face entière de 33 tours pour une chanson (Sad Lady of the Lowland) : la possibilité de planer pendant plus de dix minutes. Plus tard il y aura Neil Young et son Change Your Mind de plus d'un quart d'heure. Une chanson que nous nous passions les lendemains de fête pour faire un peu d'exercice. Le jeu était simple il consistait à tourner en courant autour de la table de la salle manger tout le temps que durait la chanson. Ça éliminait les toxines.


J'apprends l'anglais & je ne suis pas le seul à écouter Dylan

Adolescent, l'anglais n'est pas mon fort, mais il faut que je sache ce que Bob dit alors je prends un dictionnaire et je traduis les textes. Et puis je me rends compte que je ne suis pas le seul à écouter Dylan... Le fils de Rodgers qui habitait là-haut à Lacour de Visa est anglais, il comprend ce que dit Bob et me dit que c'est vachement bien. Son père a été enterré sur Knocking on Heaven's Door. Ça devait être quelque chose... Comme Dominique qui est parti avec Dust my broom, Boom, boom, le Rocky Horror Picture Show et Highway To Hell... Ce même Dominique qui un soir m'a fait écouter une valse et m'a dit avec sa voix pleine de cailloux : "et celle-là tu la connais ?" J'avais bien un doute mais je ne savais pas, c'était un beau morceau frais et dansant avec la voix de Bob... et c'était Bob avec la chanson Winterlude (dans New Morning). Il m'avait déjà eu avec Sign Langage (Bob Dylan et Eric Clapton). C'est aussi ça Dylan, tu croises toujours quelqu'un qui connait, comme pour Bob Marley ou le jeu d'échecs, et tu peux t'asseoir et causer des albums, des chansons et du personnage. Bob c'est quelques mots un soir dans un bar à Cherbourg autour de son rap (Subterranean Homsick Blues) ; ce sont les marais salants en voiture la fenêtre ouverte avec les Bootleg Series Vol 8 ; c'est Tell Me comme bande son pour un PNJ (Personnage Non Joueur) d'une campagne de Jeu de Rôles, c'est un air connu qui s'échappe d'une fenêtre en ville...

Et lorsque je pars un beau matin d'été sur la route avec mon sac à dos du côté de Boudy de Beauregard j'ai avec moi mon poste noir et trois cassettes de compilations. C'était vers le milieu des années 90 et à elle trois - entre du Léonard Cohen, du Thiéfaine et du Billie Holiday - les cassettes proposaient la crème du Bootleg Series 1-3 sorti en 1991. Dans ma tête il y avait mes traductions, souvent je tords le texte comme ça m'arrange et je fais mon Bob Dylan à moi. C'est ça aussi la magie des langues étrangères.




Avant l'Internet j'avais entrepris une anthologie des reprises de chansons de Dylan sur des cassettes audio, c'était déjà vaste, je me souviens en avoir rempli au moins trois... maintenant vous pouvez suivre la série 100 reprises de Bob Dylan sur Duclock.

Les autres épisodes de ma vie musicale sur Duclock :
Héritage & Industrie (épisode 1)
Boys Boys Boys (épisode 3)
Musiques et Images (épisode 5)
Premières munitions (épisode 6)
Fin des années 80 (épisode 7)
Place de ma mob (épisode 8)
Solitude et bande originale (épisode 9)
Ce que Nirvana voulait dire (épisode 10)
Tout se mélange (épisode 11)
Les tubes de l'année 1990 (encart n°1)

Commentaires