Promenons nous dans les bois avec Alisa et Anton



Avec Dvorak tu ne t'ennuies pas et tu lui pardonneras quand il sortira l'artillerie lourde parce qu'il rattrape toujours son petit côté pompier avec une mélodie tortueuse à souhait.
Sur cet enregistrement du Concerto pour violoncelle en Si mineur op. 104 pour Decca le jeu de la violoncelliste Alisa Weilerstein accroche bien l'oreille tout en étant fluide et l'enregistrement permet un bel équilibre avec l'orchestre. C'est bon et beau, certains parle même d'une nouvelle Jacqueline du Pré.

Le concerto est accompagné de 6 transcriptions pour violoncelle et piano (avec Anna Polonsky). Un récital romantique. Un parfum de Grand Meaulnes et d'un temps où l'on pourrait se perdre. Après quelques déambulations les mélodies de Dvorak seront comme autant de petits fantômes qui reviendront te hanter et qui rendront le monde plus vaste.



Alisa Weilerstein et le Czech Philharmonic Orchestra dirigé par Jiri Belohlaek, Dvorak (Decca, 2014)

Commentaires