Les prédateurs (The Hunger, Tony Scott, 1983)


L'esthétique gothique et sophistiquée rend une ambiance spéciale et permet à The Hunger (les prédateurs en français) de survivre à sa grandiloquence et à un scénario un peu poussif. Le premier film de Tony Scott est lent et beau ; un peu trop appuyé par endroit.
La chanson de Bahaus Bela Lugosi's Dead qui ouvre le film et l'extrait de l'opéra Lakmé de Léo Delibes lors de la scène d'amour entre Susan Sarandon et Catherine Deneuve sont deux exemples marquants de cet esthétique. Tony vient de la publicité et certaines scènes au parfum de clip tiennent sûrement des habitudes développées dans ce milieu. Les amateurs de vampires auront leur lot thématique (amour, immortalité, érotisme, beauté froide) et le romantisme court du XVII ème (quelques scène musicales et oeuvres d'arts) au XXI ème siècle avec une pincé d'Égypte antique.


Le film est adapté d'un roman de Withley Striber dont Wolfen avait été porté sur les écran en 1981 par Michael Wadleigh. La fin du film diffère de celle du roman...

Commentaires