Marty Friedman, Inferno (Prosthetic Records, 2014)


Le branlage de manche est une des activités obligatoires du guitariste de metal. Marty Friedman s'y adonne en groupe, notamment avec Megadeth, et en solo avec quelques invités...



Inferno est le onzième album solo en 21 ans de carrière pour l'ancien guitariste d'Hawaïï, Cacophony et Megadeth. Marty Friedman vit au Japon depuis qu'il a quitté Megadeth en 2000, il participe à des shows télévisés, fait l'acteur pour le cinéma, prête sa guitare pour des musiques de jeux vidéo, continue une carrière solo et joue avec Takeomi Matsuura dans Zeta. Il maîtrise son instrument avec un jeu agressif et très rapide, tout en ayant trouvé un certain groove. La guitare est considérablement mise en avant et il y a quelque chose de Marcus Miller dans cette façon de faire.

Pour varier les plaisirs Marty a invité du monde : d'autres guitaristes (le duo acoustique Roberto y Gabriela, Keshav Dhar une figure du style musical Djent) ; des voix (Danko Jones, David Davidson de Revocation, Alexi Laiho de Children Of Bodom) qui apportent un peu d'air sur certains morceaux ; un saxophoniste (Jorgen Munkeby du groupe norvégien Shining) qui tire un des morceaux (Meat Hook) vers quelque chose de sombre et d'expérimental, un peu jazzy, tout en restant métallique. Quelques passages ou titres (dont Horrors composé avec Jason Becker) flirtent avec la guitare classique (tout en restant Thrash n' Heavy). Le batteur Gregg Bissonette (David Lee Roth, Joe Satriani) et le bassiste Tony Franklin (The Firm, Whitesnake) participent au morceau le plus classique dans ce genre d'exercice : un Undertown qui n'est pas sans rappeler les balades de Joe Satriani. Inferno est un festival de guitare où les invités apportent leur patte, du coup c'est un peu patchwork. Les fans du branlage de manche - des notes en veux-tu en voilà - seront servis, les autres pourraient bien trouver leur compte sur les titres chantés (I can't Relax, SociopathsMeat Hook et Lycanthrope).

Commentaires