L'espion qui m'aimait (Lewis Gilbert, 1977)


Le duo de producteurs des 9 premiers opus se sépare ; Saltzman quitte le navire, reste Broccoli. Le réalisateur Guy Hamilton voulait s'occuper de Superman (qui fût réalisé par Richard Donner, pour finir). Spielberg, un instant pressenti, était sur Les dents de la mer. C'est Lewis Gilbert (qui avait réalisé On ne vit que deux fois en 1967) qui s'y colle.


Ce dixième James Bond reprend quelques éléments croisées dans les précédents opus : Stromberg rappelle Blofeld ; le véhicule star amphibie est un mix de plusieurs véhicules déjà croisés ; les ambiances aquatiques (et quelques longueurs) rappellent celles d'Opération Tonnerre ; l'idée du Liparus qui s'empare des sous marins nucléaires est la même que la navette spatiale mangeuse de satellite de On ne vit que deux fois ; la poursuite à ski devient récurrente... Et si cette fois-ci il n'y a pas de petite île (La Sardaigne est une grosse île) on retrouve le requin et - plus fort que le requin - Jaws fait son apparition. La Lotus (voiture amphibie) sera aussi une des stars du film. Sur terre, dans les airs et sous l'eau, Roger Moore assume pleinement le rôle de James Bond. 

Marvin Hamlisch compose la bande originale du film. La chanson du générique Nobody Does It Better est composée par Marvin Hamlisch, écrite par Carole Bayer Sager et interprétée par Carly Simon. La disco se partage la vedette avec quelques clins d'oeils comme le Concerto pour piano nº 21 de Mozart, le Nocturne Op. 27 de Frédéric Chopin, Aquarium de Camille Saint-Saëns et le thème de Lawrence d'Arabie pour une des scènes de Désert.

Commentaires