Céline Gobillard se souvient de cet air

Céline Gobillard, Photo sans titre tirée de la série Réminiscences.

Céline Gobillard (ex) libraire polar est photographe, vous pouvez découvrir certaines de ses oeuvres sur son site (Céline Gobillard Photographe) et à Nantes au bar Le Louis Blanc jusqu'à la fin du mois de Février. En ce dimanche de Février elle se souvient...


Un ami vient de s’installer au bord du lac Léman, loue une chambre dans une demeure cossue, nous y invite pour le week-end. Le propriétaire a déserté les lieux. Parmi les haies qui bordent le lac, il en est une morte, bombée en vert pour faire bonne figure. C’est par là que nous entrons. Dans le jardin les herbes hautes sont nouées par endroits, des lustres pendent des arbres et se déversent sur des amoncellements de fruits en décomposition, trônant eux-mêmes sur du mobilier ancien. Partout des sculptures en terre sur piédestal. L’intérieur de la maison ne déroge pas au procédé de conflits aléatoires entre apparats aristocratiques, création et destruction : bijoux et pierres précieuses, disposés au sol sur ou entre des dessins, fleurs fanées et pourritures en tout genre. Ne rien écraser, ne rien déplacer. A la tombée du jour, les ombres des poupées accrochées au plafond dansent sur les murs de la salle de bain. Le caneton (vivant) nage toujours dans la baignoire. Mes trois amis et moi-même nous réfugions dans la chambre, petit havre de tranquillité au milieu de cet intérieur déstructuré. Nous nous allongeons à même le sol, et décidons d’écouter fort, très fort, le quatuor en hélicoptère de Sockhausen…

Commentaires