Medeski Scofield Martin & Wood c'est l'incendie


Hé bien...
Ça joue grave.
Bon en même temps celles et ceux qui suivent le Martin Medeski & Wood le savaient déjà, ces trois là sont branchés sur le secteur et font grimper l'intensité du réseau partout où ils passent. J'étais vraiment curieux de savoir ce que ça allait donner en quartet. Comment Scofield - pas la même génération tout de même - allez faire sa place dans le tourbillon ?
Soit, c'était oublier que John Scofield en a vu d'autres...

Je ne connais pas encore les albums studios qu'ils ont enregistrés ensemble (A Go Go, Verve 1998 sous le nom de John Scofield) et Out Louder (Indirecto, 2006 sous le nom de MSM&W) ; je m'étais préparé psychologiquement avec une 1664 millésime (celles qui ont un léger goût réglisse / vanille) et j'avais dégagé l'espace autour de la table du salon pour pouvoir danser.
Le quartet à mis le feu.
Je vous glisse un jeton dans le Juke Box pour 12 minutes de Little Walter rides again... qui vous donnerons un aperçu de l'incendie.




Mieux vaut être bien réveillé pour apprécier, il n'y a pas de place pour le silence. Ils sont quatre et ils ont toujours quelque chose à dire et ça dure deux heures. Ils jouent entre la stade remplie comme pour un concert de rock et le saloon d'une petite ville ; un saloon branché sur la centrale d'à côté, un bastringue à pas d'heure avec des types qui ont fait ça toute leur vie, des types à qui il reste encore pas mal de temps. Ils s'en payent une bonne tranche avant de continuer et de s'en payer une autre.

Medeski Scofield Martin & Wood, In the case world changes is mind, live, Indirecto Records, 2011.

Commentaires