Time They Are A-Changin' ?

(Photo : Die Antwoord)

Les temps changent dit la chanson, mais il semble que dans les temps il y a des choses qui ne changent pas... Pablo Dylan, le petit fils de Bob Dylan sort sa première mixtape (plutôt insipide) et sur la pochette il met sa tête, comme son grand père met sa tête sur la plupart de ses albums. La musique n'est pas tout à fait la même (je n'ai pas tenu assez longtemps pour vous causer des paroles...), mais ça reste du rock (du rock de maintenant...). Si les temps changent bien un peu, le discours de fond que j'entends souvent sur la musique populaire reste le même. Nombres de gens qui écoutaient les Rolling Stones à la fin des années 60 tiennent le même discours que leurs parents sur la musique que les jeunes écoutent aujourd'hui.

Orelsan, Changement


Les temps ne changent pas tant que ça en musique : quelques marqueurs moraux bougent un peu, le langage n'est plus tout à fait le même, l'industrie du disque (et des concerts) s'est développée (elle est peut-être arrivée à son apogée), le projecteur des médias change de star à une vitesse frénétique et le nombre de musiques au kilomètre est sûrement plus important en 2012 qu'en 1968 ; cette musique industrialisée au maximum avec son formatage (que l'on appelait alors la variété ou la pop) prend sûrement plus de place. Cette marchandisation à outrance de stéréotypes et de clichés peut cacher une partie de ce qui se produit à l'heure actuelle. Le monde autour a un peu changé et il a aussi fallu pousser quelques marqueurs pour tenter de se démarquer. C'est sans doute dans le rap que l'outrance la plus visible est à son maximum, le gangsta, par exemple, nous tend un miroir déformé où l'on peut croiser misogynie, violence, racisme, sexe, apologie du pognon, fête, drogue et désespoir. Mais repassez-vous quelques vieux blues, le fond est le même.



Il y a une filiation assez claire entre Muddy Waters et Lyl Wayne que ce soit au niveau de l'attitude, des paroles ou de la morale des chansons. En musique comme ailleurs, pas de génération spontanée et si l'on tire sur les ficelles le Get off of my cloud des Rolling Stones est relié au Fok Julle Naaeirs de Die Antwoord. The Times They Are A-Changin' ? Non, pas tant que ça, nous prenons de l'âge, voilà tout.


Commentaires

  1. Cool la rentrée Rap sur Duclock ! Découvertes à gogo. Die Antwoord, c'est pas mal dis-donc ! Des Afrikanners affranchis dirait-on. Les gueules sont incroyables et le clip très drôle. Go on Duclock !
    Gwenaël

    RépondreSupprimer
  2. Et Kenny Arkana va sortir un nouvel album : http://youtu.be/hFb6T6mmh6M

    RépondreSupprimer
  3. Que penser de la chanson d'Orelsan (calibré radio) : La terre est ronde ? Le but n'est-il pas de faire une chanson qui peut plaire aux parents des jeunes ? Histoire de faire, mais si toi aussi tu peux écouter de la musique de djeun's, plutôt que de rabâcher la vieille même rengaine : " les musiques que les jeunes écoutent maintenant. Hein, franchement, ca vaut pas..., autrefois, on savait faire de la musique."

    Ca m'a fait penser à la chanson de NTM : Ne laisse pas trainer ton fils. Une chanson que j'ai pour ma part toujours trouvé ridicule. Un message ultra-simpliste exprimant le bon sens dirons-nous, voix féminine sur le refrain (un grand classique). Une chanson qui permet aux politiques de croire qu'ils y connaissent un minimum en rap. Se souvenir de Mme Aubry dernièrement : http://www.youtube.com/watch?v=qPoQsMLGYb0
    J'ai été voir les commentaires de la chanson sur youtube. On y retrouve les habituels : on savait faire du bon rap autrefois, le rap d'aujourd'hui c'est tout pourri...
    Bref, rien ne change vraiment puisque c'est toujours la partie la plus consensuelle qui reste gravée dans la masse. Ce qui change vraiment, je pense, ne touche qu'une minorité.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire