R.E.M., Automatic For The Peaople, Warner Bros, 1992


Kurt Cobain disait en cachette qu'il était fan de R.E.M. et il l'a dit tellement fort que ça a finis par se savoir. En 1992 quand Automatic For The People déboule Michael Stipe et sa bande ont déjà pas mal de route derrière eux. Calme, violence, mystère et gravité sont les ingrédients du groupe et on retrouve ça dans Automatic For The People.  L'album comporte un tube universel : Everybody Hurts, chanson pansement qui rejoint le firmament aux côtés des tounes de Billie Holiday,  Bob Dylan et du Homo fugit velut umbra (L'Homme qui s'enfuit comme une ombre) que l'on trouve sur le Stefano Landi édité par la maison de disque Alpha. Notons au passage la présence de John Paul Jones le plus discret des Led Zeppelin aux arrangements orchestraux. C'est un des albums indispensable des années 90 qu'on ait des souvenirs avec ou que ce soit une découverte tardive, il vous reste sûrement des souvenirs à y coller.

Everybody Hurts, R.E.M.

Commentaires