Nadine se souvient de cet air


Voilà, c'est Nadine qui ouvre la série Je me souviens de cet air qui va ravir les lecteurs de Dj Duclock pendant un bon bout de temps. Merci à elle pour son texte !

Vous vous souvenez de vos premières surprise-party ? Il y en a une qui est restée gravée trente cinq années plus tard. Les parents d'une de mes copines, Martine, étaient partis pour le week-end, et leur maison, place Kléber sur les quais de Loire, était libre pour y faire la fête. La bande de copains s'était donné rendez-vous le samedi en fin d 'après-midi et il était prévu d'y dormir. Mais attention... autre temps, autre moeurs ! Maman était allée rencontrer les parents de Martine pour s'assurer de leur moralité ! Hors de question que je tombe dans un traquenard. Et si les filles regardaient les garçons, il ne s'agissait que de flirter. Quant aux boissons, je préférais encore le jus d'orange à la vodka ! Enfin, j'aurais bien aimé un peu d'alcool, mais maman me l'avait interdit ; la rumeur disait que des personnes mal intentionnées versaient de la cendre de cigarette dans les boissons alcoolisées. Ce mélange détonnant avait la fâcheuse réputation de faire tourner la tête.

En fin de soirée, nous décidâmes de faire un tour en centre ville. A Saumur, sur les coups de 23h, il n'y avait pas beaucoup le choix pour trouver un peu d'animation, d'autant plus que certaines petites rues étaient mal famées à cause des blousons noirs. Malheureusement, le sort nous rattrapa. A peine arrivés place de la Bilange, pas loin du Théâtre, nous aperçûmes la terrible bande des Chappes Noires à la recherche d'une proie. J'étais pétrifiée. Ils se dirigeaient déjà vers nous. Quelques uns s'écartèrent pour entamer une manoeuvre d'encerclement. Les battements de mon coeur résonnaient à mes oreilles ; nous allions passer un sale quart d'heure.
Je m'apprêtais à prendre mes jambes à mon cou quand des éclats de voix surgirent d'une ruelle. Le tableau était complet : la bande de Clairefond entrait en scène !

Tout sembla s'arrêter. Dans un film, cela aurait été tourné au ralenti. Les deux bandes rivales s'arrêtèrent dans leur élan. Et nous étions au milieu !
Lorsque le temps reprit son vol, je courrais avec mes amis dans une vieille rue pavée en direction de la place Kléber. Derrière nous les deux bandes rivales s'affrontaient.
La salle à manger transformée en piste de danse était un havre de repos. Nous étions essoufflés et personne ne parlait. Un des garçons s'approcha de la platine disque. Il sortit un 45 tours de sa pochette en papier kraft. La petite discothèque présentait la particularité d'avoir été récupérée dans le vieux jukebox d'un bar à militaires. Nos respirations reprirent leur rythme et dans le silence , le petit craquement caractéristique du saphyr se fit entendre dans le haut-parleur. L'orgue introduisant « When a man loves a woman » se précisa avec son accompagnement de batterie. Le morceau passa en boucle pendant une bonne demi-heure. Ce dut être la première fois que je bus un verre de Gin-Fizz !


Titre de la chanson et interprète : « When a man loves a woman » - Percy Sledge
Nom et Âge : Nadine
Lieu et année du souvenir : Saumur (49) – Année 1971


Percy Sledge, When a Man Loves a Woman

Commentaires